Recherche pour :
Vol. 1 N°3, Avril 2022

La communication selon Jürgen Habermas

Abdourahim Tchassanti ♣

Une vie de bonne ou les employées de maison maliennes à Niamey

 Abdoulaye Seidou

Opinions et attitudes des populations abidjanaises face à la vaccination contre la Covid-19

 Georges Gaulithy

La gouvernance des politiques publiques de protection sociale des enfants au Sénégal

 GRama Diallo Tall Sene ♣

Réseaux sociaux comme dispositifs e-learning dans les établissements d’enseignement supérieur en contexte de la Covid-19 au Burkina Faso

 GBapindié Ouattara ♣ Benjamin Sia, Parfait Kaboré & Félix Compaoré

La promotion du leadership féminin à l’épreuve des contraintes socioculturelles : étude de cas du projet de promotion du leadership des filles à travers le football

 Mohamed M. Tchakala♣

Le prince Fruku (Don Jeronimo) ou l’histoire d’une lignée écartée du trône du Danxomè, de Tégbésu (1740-1774) à Agonglo (1789- 1797)

 Arthur Vido♣

Pays konkomba, un exemple emblématique de la fréquentation problématique de l’école coloniale au Togo (années 1930-1960)

 Abaï Bafei♣

Perception de la qualité des services d’eau potable dans les localités périphériques de la commune de Parakou

 Noémie Lucrèce Hountondji ♣ & Guy Sourou Nouatin

Pratiques sociales de l’agroforesterie paysanne en milieu rural ivoirien : le cas des populations paysannes de Bongouanou (région du Moronou)

 Pascal N. Adje ♣

Se déplacer pour se soigner des personnes sourdes à Abidjan,un vrai parcours du combattant

 Maïmouna Ymba ♣

Étude linguistique de l’énoncé interrogatif en ébrié

Marie Laure Adou ♣

Nuances linguistiques de traduction des textes juridico-financiers

Theophile Kwame Atonon♣

Structure narrative, technique narrative et symbolisme dans Heart of Darkness de Joseph Conrad

Ibrahima Lo♣

Ernest Hemingway’s A Farewell to Arms: War Personified as an Authoritarian Figure

Fo-Koku D. Woameno♣

A Neo-slave Narrative Reading of Colson Whitehead’s The Underground Railroad (2016)

Kpatcha Essobozou Awesso♣

Poverty and Marginalization in Richard Ntiru’s Poems

 Panaewazibiou Dadja-Tiou♣

Le style mbougarien et la réinvention du moule romanesque dans La plus secrète mémoire des hommes

 Abibou Samb♣

Le discours de la dénonciation et de la sublimation dans C’est le soleil qui m’a brûlée de Calixthe Beyala

 Régina Véronique Odjola♣

La representación mítica del mal en el universo novelesco de Ernesto Sábato

 Dr Kouassi Abraham Palangue♣

Rentas mínimas ante la pobreza y la exclusión social: Un estudio comaparado entre Cataluña y Euskadi

 Kassoum Soro

De l’identité du personnage transculturel dans La Répudiation et Printemps de Rachid Boudjedra

 Kokouvi Jean-Paul Akakpo

À César ce qui n’est pas à César ? Retour sur un communiqué des Évêques de Centrafrique incitant clairement à la désobéissance civile

 Alexis N’Dui-Yabe

Abstract:À César ce qui n’est pas à César ? Retour sur un communiqué des Évêques de Centrafrique incitant clairement à la désobéissance civile

At the outcome of an extra ordinary central african republic episcopal conference (CAREC), an episcopal announcement was delivered on November 2018. In subtance, the central african bishops

demanded ‘’the church family people of God” and “faithfull men and women to boycott the celebration of the ceremony of the national day of the independance of the 1st December’’, considered as a non religious feast. This is a solidarity in memory of people dead during the assasination of people on november 15th, 2018 in Alindao,a town located at the East. This assassination has caused the death of many people including two central african priests.           

The next day following the publication of this episcopal announcement, two contradictory tendencies were confronted on press as well as social networks. From one side, we can have those who pretend to knwo everyrhings and those who are Cartesian skeptical about the episcopal announcement on the other side.

Now that the tensions are over, this given study tend to analyse the episcopal announcement on the legal ground emphasing on the two folded preocupations of: an attempt to the central african positive law on one side and the judicial consequences learnt by the central african politicians on the other side.

Keywords: Canon law, Central African republic, episcopal announcement, Code, Constitution, positive law, procedure.

Résumé:À César ce qui n’est pas à César ? Retour sur un communiqué des Évêques de Centrafrique incitant clairement à la désobéissance civile

Alexis N’Dui-Yabela§

Résumé : Le 24 novembre 2018, à l’issue d’une session extraordinaire de la Conférence épiscopale centrafricaine (CECA), un « communiqué épiscopal » avait été publié.  Aux termes de ce communiqué, les Évêques de Centrafrique demandaient à « l’Église Famille de Dieu » ainsi qu’aux « hommes et femmes de bonne volonté de s’abstenir des festivités du 1er décembre », une fête non religieuse. Ceci par solidarité et dans le respect de la mémoire des victimes des actes de barbarie perpétrés le 15 novembre 2018 à Alindao, une ville située à l’Est de la République Centrafricaine. Ces actes de barbaries avaient coûté la vie à plusieurs personnes dont deux prêtres centrafricains. 

Au lendemain de la publication du communiqué épiscopal, deux courants d’idées s’étaient vivement affrontés tant dans la presse écrite que sur les réseaux sociaux. De façon schématique, on distinguait, d’un côté, le courant de ceux qui pensent toujours avoir la science infuse et, de l’autre côté, le courant de ceux qui cultivent un scepticisme cartésien à l’égard du communiqué épiscopal. 

À un moment où les nerfs se sont complètement distendus, la présente étude a essayé d’appréhender le communiqué épiscopal uniquement sous l’angle du droit, en mettant en exergue une double préoccupation : d’une part, les atteintes portées au droit positif centrafricain par certains points dudit communiqué et, d’autre part, les conséquences juridiques qu’en auraient normalement dû tirer les autorités politiques centrafricaines.

Mots-clés : Centrafrique, Code, Communiqué épiscopal, Constitution, droit positif, droit canon, procédure.

Abstract: At the outcome of an extra ordinary central african republic episcopal conference (CAREC), an episcopal announcement was delivered on November 2018. In subtance, the central african bishops demanded ‘’the church family people of God” and “faithfull men and women to boycott the celebration of the ceremony of the national day of the independance of the 1st December’’, considered as a non religious feast. This is a solidarity in memory of people dead during the assasination of people on november 15th, 2018 in Alindao,a town located at the East. This assassination has caused the death of many people including two central african priests.           

The next day following the publication of this episcopal announcement, two contradictory tendencies were confronted on press as well as social networks. From one side, we can have those who pretend to knwo everyrhings and those who are Cartesian skeptical about the episcopal announcement on the other side.

Now that the tensions are over, this given study tend to analyse the episcopal announcement on the legal ground emphasing on the two folded preocupations of: an attempt to the central african positive law on one side and the judicial consequences learnt by the central african politicians on the other side.

Keywords: Canon law, Central African republic, episcopal announcement, Code, Constitution, positive law, procedure.

Introduction

À l’issue de la session extraordinaire[1] de la Conférence épiscopale centrafricaine (CECA) du 24 novembre 2018, Son Éminence, le Cardinal, archevêque de Bangui avait publié un communiqué, dont la tonalité tranche avec celle des « Lettres pastorales[2] » des années 1990. Aux termes dudit communiqué, les évêques de Centrafrique avaient curieusement demandé à la fois à une personne morale de droit privé (« l’Église Famille de Dieu ») et à des personnes physiques[3] (« hommes et femmes de bonne volonté ») « de s’abstenir des festivités du 1er décembre en signe de deuil » ; ceci par solidarité et dans le respect de la mémoire des victimes des actes de barbarie[4] perpétrés le 15 novembre 2018 dans la ville d’Alindao[5], lesquels actes de barbarie avaient coûté la vie à plusieurs personnes dont deux prêtres centrafricains.

De l’avis de ces évêques, les jours de deuil en Centrafrique n’étaient pas « tous accomplis[6] » avec les trois journées de deuil national décrétées officiellement par le président de la République centrafricaine. À leurs yeux, les trois journées de deuil national n’étaient guère suffisantes et selon leur apostolique conviction, seul le fait de s’abstenir de la commémoration[7] du 1er décembre constituait un véritable signe solidaire de deuil national.

Deux jours après la publication du communiqué épiscopal, une conférence de presse, qualifiée par certains commentateurs de « méga conférence[8] » (Zouloukotoa), avait été organisée à l’archevêché de Bangui aux fins de « restituer la vérité[9]» (Cardinal  Nzapalainga) sur les crimes à répétition perpétrés dans certaines villes de la République Centrafricaine (RCA). Mais le nex plus ultra, c’est qu’au lendemain de la publication du communiqué épiscopal, deux courants d’idées s’étaient vivement affrontés tant sur les réseaux sociaux que dans les colonnes de certains journaux de la place. De façon schématique, on distinguait, d’un côté, un courant de ceux qui pensent avoir la science infuse et, de l’autre côté, un courant de ceux qui cultivent un scepticisme cartésien à l’égard du communiqué épiscopal.

Dans le camp de ceux qui ont la science infuse, les points de vue exprimés étaient articulés de façon péremptoire, voire dogmatique. Ainsi, pour certains, « L’Épiscopat centrafricain et le Cardinal Dieudonné Nzapalainga[10]» (Akouisson de Kitiki) avaient raison de s’opposer au défilé de la fête de l’indépendance. Pour d’autres, l’appel à boycotter les festivités du 1er décembre n’était point « en soi un crime de lèse-majesté[11] » (Mackouzangba). Relevant du camp de ceux qui ont la science infuse, un ‘’Juriste, Administrateur des Elections’’ (et donc un expert censé ne pas ignorer l’importance de l’expression de la volonté générale) en était même arrivé, pour sa part, à la conclusion suivante : « nous partageons in fine l’appel patriotique du cardinal qui, sans offenser diverses sensibilités est resté dans la mission de l’église qui est celle de proclamer la paix, la justice et la vérité[12] » (Selembi-Doudou).

Du côté de ceux qui cultivent un scepticisme pyrrhonien, les points de vue étaient diamétralement opposés à la conclusion hâtive du ‘’Juriste, Administrateur des Elections’’. En filigrane, ce scepticisme cartésien transparaissait dès l’intitulé même des chroniques publiées. Il en va ainsi des titres suivants : « L’incompréhensible appel du Cardinal Nzapalainga aux catholiques de Centrafrique[13] » (Patianga) ou « La position ambiguë de l’archevêque de Bangui, Nzapalaïnga aux antipodes des valeurs religieuses[14] » (Binah). D’autres intitulés apparaissaient quelque peu provocateurs ou tendancieux, tel celui rapporté ici[15] : « Les vieux démons de la crise ont entendu l’appel de leur résurrection par le Cardinal Dieudonné Nzapalaïnga  […]» (Zang To-Wen-Na). Faisant, pour sa part, office de modérateur, le frère de l’un des deux prêtres assassinés à Alindao était intervenu, à travers une « Lettre à la nation », pour appeler les uns et les autres « à l’apaisement des esprits et aux discernements[16] » (Guianissio).

Telle était la quintessence même du débat fort animé qui avait opposé les Centrafricains au lendemain de la publication du communiqué épiscopal du 24 novembre 2018. À un moment où les nerfs se sont complètement distendus, la présente étude se propose de revenir sur ledit communiqué aux fins de l’appréhender uniquement sous l’angle du droit.  Au cœur de notre préoccupation figure la question épistémologique suivante : les évêques de Centrafrique n’avaient-ils pas, en quelque sorte, poussé le bouchon du vin de messe trop loin en demandant à l’« Église Famille de Dieu en Centrafrique, aux hommes et femmes  de bonne volonté de s’abstenir des festivités du 1er décembre », une fête non religieuse ? Sans aucun doute, on ne peut répondre à cette question que par l’affirmative.

En effet, bien que le communiqué épiscopal soit auréolé d’une disposition constitutionnelle, il n’en demeure pas moins que certains points énumérés dans le corpus de ce communiqué portent manifestement atteinte au droit positif[17] centrafricain (I). Fort heureusement, les autorités politiques de la RCA étaient animées d’un esprit chrétien. Autrement, si elles étaient hantées par « Belzébul, le prince des démons[18] » (Luc 11), ces autorités politiques auraient dû tirer, comme on le verra plus loin, toutes les conséquences juridiques découlant du communiqué épiscopal rendu public le 24 novembre 2018 (II).

I/ Les atteintes portées au droit positif centrafricain par certains points du communiqué épiscopal

            En la forme, le corpus même du communiqué épiscopal du 24 novembre 2018 se décline en trois points, dont une « invitation[19] », une « demande[20] » et un « décret[21] ». Le dernier point étant conforme au droit canon[22], seuls les deux premiers et particulièrement le deuxième point entrent en conflit avec le droit positif centrafricain.

Ainsi, conformément à la hiérarchie des normes élaborée par Hans Kelsen[23] le point 2 du communiqué épiscopal constitue une atteinte gravissime à certaines dispositions de la Constitution centrafricaine du 30 mars 2016 (A). Quant au point 1, il heurtait manifestement certaines dispositions du Code de procédure pénale centrafricain (B).

A) Le point 2 du communiqué épiscopal, une atteinte gravissime à certaines dispositions de la Constitution centrafricaine

Tout en saluant l’affrontement d’idées entre les Centrafricains autour du communiqué épiscopal du 24 novembre 2018, il convient absolument de faire remarquer, et ce sous l’éclairage de la doctrine des « publicistes les plus qualifiés de différentes nations[24] », que, au regard du droit constitutionnel, le point 2 du communiqué épiscopal constitue une atteinte gravissime à l’expression de la volonté du peuple centrafricain. En effet, aux termes de l’article 24 alinéa 10 de la Constitution du 30 mars 2016, le peuple centrafricain a fixé lui-même la célébration de la fête nationale de son pays « au 1er décembre, date de la proclamation de la République ». Incontestablement, cette disposition reste et demeure une expression de la « volonté générale » théorisée par Jean-Jacques Rousseau et commentée à merveille par de nombreux constitutionnalistes[25]. De l’économie générale de cette théorie et en vertu d’une « présomption irréfragable du droit constitutionnel[26] » (Fraissex 38), une fois qu’un peuple souverain a exprimé la volonté générale à travers ses représentants ou par la voie du référendum, « Toute personne habitant sur le territoire national[27] » de ce peuple souverain doit se soumettre à cette volonté jusqu’à ce qu’elle soit modifiée, par exemple dans les formes et conditions prévues aux articles 151, 152 et 153 de la Constitution centrafricaine.

Par ailleurs, importe-t-il de le rappeler, l’article 26 de la Constitution centrafricaine précise que « La souveraineté nationale appartient au peuple centrafricain qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice ». Selon la doctrine, la décision souveraine est à la fois « source de la normalité juridique » et « source de l’exception[28] » (Apostolodis 795). Par conséquent, il n’appartient pas à un groupuscule de prélats réunis au sein d’une conférence épiscopale, dont certains membres, pour ne pas dire la grande majorité, sont d’ailleurs de nationalité étrangère[29], de ‘’demander’’ au peuple centrafricain de s’abstenir de leur fête nationale. La CECA fait-elle partie des « pouvoirs publics constitutionnels[30] » (Blachèr 33) dont parle le professeur Philippe Blachèr ?

À suivre les explications de cet éminent constitutionnaliste, il n’en est absolument rien du tout. En dehors de la « Cour constitutionnelle[31] », le seul gardien politique de la Constitution est le président de la République, et non le président de la CECA. Loin d’être une institution républicaine, la CECA est, quant à elle, une institution créée par le Concile Vatican II et ayant une « finalité pastorale[32] » (Code canonique annotée, 285). Le canon 447 précise en effet que :

La conférence des Évêques, institution à caractère permanent, est la réunion des Évêques d’une nation ou d’un territoire donné, exerçant ensemble certaines charges pastorales pour les fidèles de son territoire, afin de bien promouvoir le bien que l’Eglise offre aux hommes, surtout par la forme et moyens d’apostolat adaptés de façon appropriée aux circonstances de temps et de lieux, selon le droit. (Canon 447) 

En formulant donc une demande incitant à l’inobservation des dispositions de l’article 24 alinéa 10 de la loi fondamentale des Centrafricains, les évêques de Centrafrique avaient transgressé les dispositions de l’article 23 de la Constitution centrafricaine ainsi énoncé : « Toute personne habitant sur le territoire national a le devoir de respecter, en toutes circonstances, la Constitution, les lois et les règlements de la République ».

Au regard de cette disposition, la question se pose de savoir si les membres de la CECA habitent sur un autre territoire que celui du peuple centrafricain. Même du point de vue du Code du droit canonique[33], il est inadmissible que des prélats foulent aux pieds « des lois civiles ». En effet, aux termes du canon 22, il est prescrit que : « Les lois civiles auxquelles renvoie le droit de l’Église doivent être observées en droit canonique avec les mêmes effets, dans la mesure où elles ne sont pas contraires au droit divin et sauf disposition autre du droit canonique[34]. » (Code droit canonique)  Selon les spécialistes du droit canon, il s’agit d’un « principe de la canonisation conditionnelle du droit civil, l’expression ‘’droit civil’’ ici, étant à entendre au sens d’un droit séculier, de droit public ou de droit privé et non uniquement de droit séculier privé[35] » (Durant 69).

Sous l’éclairage de ces prescriptions canoniques, d’aucuns pourraient légitimement s’interroger en ces termes : la fête du 1er décembre, souverainement approuvée à l’article 24 alinéa 10 de la Constitution par le peuple centrafricain, est-elle une fête « contraire au droit divin » ? Ou encore en appelant à un boycott de la commémoration de la fête nationale, les évêques de Centrafrique voudraient-ils assimiler la volonté du peuple centrafricain exprimée lors du référendum constituant de 2015 à une sorte de « vox diaboli [36]» (Pezet 419) ? Aussi, l’interrogation soulevée par le frère de l’un des deux prêtres froidement assassinés à Alindao n’est point dénuée de toute pertinence : « Pourquoi, soulignait-il, le Cardinal n’a pu contacter ses compères de la plate-forme religieuse avant de faire une telle déclaration[37] ? » (Guianissio)

Au demeurant, on peut l’affirmer sans risque de commettre un « péché mortel[38] » (Feuillet 89) que les évêques de Centrafrique avaient effectivement poussé le bouchon du vin de messe trop loin en formulant une « demande » contraire à certaines dispositions constitutionnelles. Mais ces prélats n’en étaient pas restés à ce niveau. Poussant davantage le bouchon du vin de messe trop loin, ils avaient invité, à travers le point 1 de leur communiqué, de nombreuses autorités à prendre part à une conférence de presse sur une thématique relevant de la procédure judiciaire, notamment celle de « restituer la vérité sur des crimes inacceptables et odieux perpétrés contre les populations civiles ». Ce faisant, les évêques de Centrafrique avaient heurté, à la manière de Monsieur Jourdain, certaines dispositions du Code de procédure pénale centrafricain.

B) Le point 1 du communiqué épiscopal, une atteinte à certaines dispositions du Code de procédure pénale

Comme le souligne un grand maître en la matière, « la procédure pénale est souvent présentée comme ayant pour objet principal la recherche de la vérité[39] » (Pradel 641) et selon le professeur Pradel, cette procédure se décline en trois vérités : la « vérité matérielle », la « vérité formelle » et la « vérité consensuelle[40] » (Pradel 643). Certes, cela était évident, à Alindao, des crimes odieux et inacceptables avaient incontestablement été perpétrés contre les populations civiles par un groupe armé bien identifié. Dans son rapport évoqué ci-dessus, Amnesty international exigeait, pour sa part, « qu’une enquête impartiale soit diligentée sans délai en vue d’établir, en particulier, si la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation en Centrafrique (MINUSCA) a failli à son devoir de protéger la vie de plus de 18 000 personnes vivant sur place[41] »(Amnesty international).

Dans cette configuration, la question juridique qui s’impose ici est celle-ci : en matière criminelle, appartient-il au Cardinal de Bangui d’organiser une conférence de presse aux fins de « restituer la vérité » (Cardinal Nzapalainga) sur l’ensemble des crimes commis sur le territoire centrafricain ? À s’en tenir au concept lui-même, de quelle « vérité » s’agissait-il ? Etant donné que le Cardinal de Bangui n’avait point assisté intuitu personae aux scènes de barbarie perpétrées à Alindao au même titre qu’un « survivant, maître de conférences à Sciences-Po de Lille[42] » (Lallau), étant donné par ailleurs que ce prélat avait effectué seulement une descente sur les lieux quelques jours plus tard après le forfait des criminels, quelle « vérité » pouvait-il restituer aux représentants de différentes institutions conviés à sa conférence de presse ? Pour reprendre les expressions de Blaise Pascal, la « méga conférence » du Cardinal de Bangui était-elle organisée autour de la « vérité en deçà[43] » (Pascal, 51) de l’Archevêché, opposée aux mensonges répandus « au-delà » de l’Archevêché ? Ou encore, s’agissait-il de « vérité judiciaire » ou de « vérité religieuse [44] » (Ravaz 175) ? Si la « méga conférence » du Cardinal, était organisée autour des vérités religieuses, cela relève incontestablement de ses charges apostoliques.

Mais en matière de « vérité judiciaire », les articles 11 à 34 du Code de procédure pénale centrafricain énumèrent un certain nombre d’autorités chargées d’établir la vérité à propos des crimes commis sur le territoire centrafricain. Il s’agit successivement de la « Police judiciaire[45] », du « Procureur Général[46] », du « Procureur de la République[47] » et surtout du « Juge d’instruction[48] ». Aux termes de l’article 52 du même Code centrafricain de procédure pénale, il est clairement spécifié que « Le Juge d’Instruction procède conformément à la loi à tous les actes d’information qu’il juge utile à la manifestation de la vérité […] » Une récente contribution doctrinale[49] développe des points de vue allant dans le sens des dispositions du Code de procédure pénale centrafricain. En versant quelque peu dans l’exagération, d’aucuns pourraient, en s’inspirant d’une excellente contribution du Doyen honoraire de la Faculté de droit de Nancy, avoir la faiblesse d’assimiler la « méga-conférence » du Cardinal de Bangui à une sorte de « puissance publique usurpée[50] » (Cachard 37).

En ayant entretenu, d’une part, une sorte de « bras de fer[51] » (Zouloukotoa) avec les autorités centrafricaines au sujet de la commémoration des festivités du 1er décembre et en se faisant ostensiblement  passer, d’autre part, pour des autorités judiciaires, les évêques de Centrafrique avaient incontestablement porté atteinte au droit positif de ce pays. Si les autorités centrafricaines n’avaient pas un esprit chrétien, ils auraient dû tirer toutes les conséquences juridiques découlant du communiqué épiscopal du 24 novembre 2018.

II/ Les conséquences juridiques pouvant être tirées du communiqué épiscopal

Dès le lendemain de la publication du communiqué épiscopal, les autorités centrafricaines auraient pu déclencher, et ce pour plusieurs motifs juridiquement valables, une double procédure contentieuse : l’une devant les tribunaux centrafricains (A) et l’autre, dénommée « Procès contentieux ordinaire[52] », devant les tribunaux du Vatican (B).

A) Des moyens et arguments de droit pour le déclenchement d’une procédure contentieuse devant les tribunaux centrafricains

Bien que les Évêques de Centrafrique n’eussent formulé dans leur communiqué qu’une simple demande appelant une réponse négative ou positive, il n’en demeure pas moins que, si les magistrats de l’ordre judiciaire avaient été saisis, les points 1 et 2 du communiqué épiscopal auraient dû être respectivement interprétés par le ministère public, d’une part, comme une usurpation de la fonction du juge d’instruction et, d’autre part, comme une incitation indirecte à la désobéissance civile.

Pour emporter la conviction des magistrats du siège, en ce qui concerne l’incitation épiscopale à la désobéissance civile, le ministère public aurait inéluctablement soulevé une double interrogation dans son réquisitoire : primo, le rôle des responsables de l’Eglise catholique en Centrafrique est-il d’inciter à la désobéissance civile ou à une sorte de « révoltes de la conscience[53] » (Maestre 140) vis-à-vis des autorités légitimement établies ? Secundo, les « hommes et femmes de bonne volonté » spécialement visés dans le communiqué épiscopal et travaillant dans les secteurs public ou privé, devraient-ils invoquer leurs convictions religieuses pour se soustraire à leurs obligations professionnelles ou légales ?

À la première question, le ministère public aurait lui-même demandé aux juges d’y répondre par la négative, en se référant aux épîtres de Saint Paul aux premières communautés chrétiennes. En effet, dans son épître aux Romains, l’Apôtre des gentils[54] invite clairement tous les enfants de Dieu à se soumettre aux autorités civiles en ces termes :

Que chacun se soumette aux autorités qui nous gouvernent ; toute autorité vient de Dieu et celles qui existent ont été établies par Dieu. C’est pourquoi, celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent, attireront une condamnation sur eux-mêmes[55] […]» (Romains 13)

Selon le Professeur Lavroff, les chrétiens sont des citoyens comme les autres et doivent se comporter comme tels. Ils ne peuvent donc invoquer la qualité de chrétien pour justifier leur désobéissance[56]. Saint Paul voit une faute religieuse dans la désobéissance, « celui qui résiste à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi » (Romains 13).

Pour ce qui est des éléments de réponse à la seconde question, le ministère public aurait mobilisé en faveur de ses démonstrations d’importantes solutions jurisprudentielles dégagées notamment par la Cour de cassation française. En effet, dans une espèce jugée en 1986 et rapportée par un auteur[57], cette haute juridiction française avait en effet estimé qu’il était impossible d’invoquer ses convictions religieuses pour se soustraire des obligations professionnelles ou légales, « comme d’effectuer une visite médicale[58]». Dans une  autre espèce[59], elle   jugea que si l’employeur « est tenu de respecter les convictions religieuses de son salarié, celles-ci, sauf clause expresse, n’entrent pas dans le cadre du contrat de travail et l’employeur ne commet aucune faute en demandant au salarié d’exécuter la tâche pour laquelle il a été embauché dès l’instant que celle-ci n’est pas contraire à une disposition d’ordre public».

Conformément à ces solutions jurisprudentielles, le président centrafricain n’avait politiquement commis aucune faute en limogeant[60], le 14 décembre 2018, son ministre des Affaires étrangères  qui, au nom de ses convictions religieuses, s’était désolidarisé du Gouvernement pour se conformer « au mot d’ordre de boycott du 60e Anniversaire de la proclamation de l’indépendance lancé par la conférence épiscopale de Centrafrique[61] » (Zimmer-Mass 1).

Poursuivant son réquisitoire, le ministère public aurait même fustigé le manque de loyalisme des évêques de Centrafrique en ces termes : alors qu’en période de guerre et sous l’occupation (1941-1944), les évêques français avaient cultivé un loyalisme[62] à l’égard des autorités illégitimes (sous le régime de Vichy), en Centrafrique les prélats entretiennent un bras de fer avec des autorités légitimes au sujet de la commémoration d’une fête non religieuse.

Au bénéfice de toutes ces observations, le ministère public aurait ensuite requis, à l’encontre du président de la CECA, une sanction exemplaire conformément aux dispositions des articles 289 du Code pénal centrafricain dont la teneur suit :

Sera puni de cinq à dix ans d’emprisonnement, quiconque s’affilie, adhère, ou de quelque manière que ce soit, participe à l’activité d’un groupement ou organisme qui tend par ses conseils, instructions, consignes ou par quelque moyen que ce soit :

1. A provoquer la désobéissance aux lois et règlements ou aux ordres du Gouvernement ;

2. (…) Si l’activité du groupement ou organisme tend dans les conditions ci-dessus mentionnées à préparer où à provoquer des mouvements de désordre ou de rébellion contre l’autorité de l’Etat, le coupable sera puni de la peine des travaux forcés.

Telle devait être la substance d’une procédure qu’auraient pu déclencher les autorités centrafricaines devant les tribunaux de droit commun. Quid cependant du libelle pour un procès en  « contentieux ordinaire[63] » (Seriaux 741) devant les tribunaux du Vatican ?

B) Du libelle pour un procès en « contentieux ordinaire » devant les tribunaux du Vatican

Loin de vouloir remuer les cendres du passé[64], il importe de signaler que dans un passé très récent, le Vatican avait été saisi du comportement non orthodoxe de certains membres du clergé centrafricain. À la suite d’une enquête diligentée[65] par le Vatican, le Pape Benoît XVI avait énergiquement procédé non seulement à un ménage[66] au sein de l’épiscopat centrafricain, mais aussi à son renouvellement en profondeur[67]. C’est à la faveur de ce renouvellement que l’archevêque de Bangui avait été élevé à la dignité du Cardinal.

Au regard de ce précédant, rien n’empêchait le Gouvernement centrafricain de saisir les tribunaux du Vatican pour inobservation du canon 1389 §1 énoncé ainsi :

Qui abuse d’un pouvoir ou d’une charge ecclésiastique sera puni selon la gravité de l’acte ou de l’omission, y compris de la privation de l’office, à moins que contre cet abus une peine n’ait déjà été prévue par la loi ou par un précepte.

Pour la gouverne du Gouvernement centrafricain, la procédure à suivre et empreinte de secret[68] est précisée au canon 1502 en ces termes : « Qui veut assigner quelqu’un en justice doit présenter au juge compétent un libelle exposant l’objet du litige et demandant l’intervention du juge » (Code droit canonique). Comme l’explique l’Abbé Bernard du Puy-Montebrun[69], le « libelle » ou libellus (petit livre) est un mot employé en droit processuel canonique pour désigner un petit écrit rédigé par un fidèle ou par le promoteur de la justice afin d’obtenir l’ouverture d’une instance judiciaire. En partant de cette définition, il suffisait au Gouvernement centrafricain de rédiger un libelle sur le communiqué épiscopal du 24 novembre 2018 pour déclencher une procédure contentieuse devant les tribunaux du Vatican.

Que des responsables de partis politiques, tels Anicet Georges Dologuélé de l’URCA[70], Martin Ziguélé du MLPC[71], Nicolas Tiangaye du CRPS[72], Joseph Bendounga du MDREC[73], s’opposent aux défilés du 1er décembre, cela est tout à fait concevable et participe effectivement de la liberté dont ils jouissent au titre des jeux politiciens entre les « professionnels de la politique[74] » (Gaxie). Dans le cadre du « libéralisme politique[75] » (Pactet 86), il existe toutefois un petit bémol : ces responsables de partis politiques se doivent de respecter le principe de la « souveraineté nationale » visé à l’article 31 alinéa 2 de la Constitution du 30 mars 2016. Autrement, leurs formations politiques pourraient s’exposer à un risque de dissolution[76]. Mais que des prélats se mêlent ou entrent « directement dans des querelles politiciennes[77] » (Pape François), il y a indubitablement abus de pouvoir ou abus de charges ecclésiastiques de la part des membres de la CECA.

Aussi, le Premier ministre centrafricain de l’époque, à savoir le professeur Simplice Mathieu SARANDJI, avait tout à fait raison de s’en prendre au Cardinal de Bangui, même sur un ton virulent. En demandant aux Centrafricains de s’abstenir des festivités du 1er décembre, le Cardinal de Bangui était allé au-delà des messages que Sa Sainteté le Pape François avait adressés en 2015 à tous les membres de la CECA. Pour mémoire, ce souverain pontife avait en effet reçu au Vatican, dans la matinée du vendredi 15 mai 2015, l’ensemble des membres de la CECA en visite ad limina. Ils étaient conduits par l’Archevêque de Bangui élevé à la dignité de Cardinal.  Au cours de cette visite, le Souverain pontife leur avait délivré le message dont la teneur suit :

Vous êtes appelés à former la conscience des fidèles ; et même celle du peuple tout entier car votre voix est écoutée et respectée de tous. C’est de cette manière qu’il convient de tenir la place qui vous revient dans les évolutions actuelles, évitant d’entrer directement dans les querelles politiciennes [78][…] (Pape François)

En organisant une sorte de bras de fer avec le Gouvernement centrafricain au sujet des festivités du 1er décembre, les évêques de Centrafrique n’étaient-ils pas directement entrés dans des « querelles politiciennes » (Pape François) auxquelles faisait justement allusion le Pape François ? Aux responsables des partis politiques de l’opposition démocratique et de la Société civile ayant publié une « Déclaration[79] » tendant à magnifier le communiqué épiscopal ici commenté, il convient de faire remarquer que c’est le Cardinal de Bangui qui avait attiré sur lui-même la foudre de l’ancien Premier ministre centrafricain. En désobéissant au message du Saint Père de 2015, le cardinal banguissois ne pouvait qu’en faire les frais ou en subir les contrecoups. La politique étant une entreprise de combat d’idées, il n’y avait pas lieu d’exciper de propos « irrévérencieux[80]  » envers le Cardinal de Bangui. De l’avis même d’un Avocat au barreau de Bruxelles, la liberté d’expression vaut aussi pour des propos qui « heurtent » et « choquent[81] » (Krenc, 311).

Conclusion

In fine, le message de Jésus de Nazareth mérite d’être humblement rappelé aux évêques de Centrafrique : « À césar ce qui est à César, à Dieu ce qui est à Dieu » ? La RCA n’est pas un Etat théocratique. À l’avenir, les membres de la CECA devraient s’inspirer de leur défunt aîné, le feu Barthélémy Boganda.  En effet, à une époque où il y avait moins de prêtres en Oubangui-Chari, ce tout premier prêtre centrafricain avait décidé de descendre directement dans l’arène politique afin d’extirper le peuple oubanguien du joug de la colonisation. Pour cette « juste cause », il avait courageusement quitté la soutane comme le permet expressément de nos jours le canon 187, libellé ainsi qu’il suit : « Quiconque est maître de soi peut renoncer à un office ecclésiastique pour une juste cause. »

Travaux cités

« Déclaration des Partis Politiques de l’Opposition Démocratique et de la Société Civile Relative aux festivités du 1er décembre 2018 », du 05 décembre 2018.

« Discours du pape François aux évêques de Centrafrique en visite ad Limina », disponible en ligne à l’adresse : https://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Archives/Documentation-catholique (Consulté le 02/01/2019).

« L’Église centrafricaine secouée par une grave crise », disponible en ligne à l’adresse : https://www.la-croix.com/Religion/Actualite/-2009-05-28-535424 (consulté le 30/12/2018).

« Lettre de son Eminence Card. Ivan Dias, aux Prêtres de la République Centrafricaine à l’occasion du dimanche de la divine miséricorde et du 4è anniversaire de l’élection du Pape Benoît XVI », n°1805/09, Rome, le 19 avril 2009. 

« Lettre des prêtres diocésains centrafricains du 14 avril 2009, à l’attention du Nonce Apostolique près la RCA ».

« Lettre pastorale des évêques de Centrafrique. Que faisons-nous de notre pays ? », in Pentecôte sur le monde (Revue bimestrielle des Spiritains et Spiritaines), n°743, 1991.

« République centrafricaine. Une centaine de civils tués et brûlés à Alindao alors que les casques bleus quittent leurs postes », rapport publié par le Amnesty International le 14 décembre 2018, disponible en ligne à l’adresse :https://www.centrafrique-presse.info/ (consulté le 17/12/2018).

Akouissonne de Kitiki, Jean. « L’avertissement sans frais de la conférence épiscopale », disponible en ligne à l’adresse : http://www.corbeaunews.com (consulté le 30/11/2018).

Apostolidis, Charalambos. « Le souverain, la règle, l’exception », RGDIP, n°4, 2013, p. 795-831.

Benelbaz, Clément. « Liberté religieuse et laïcité dans les relations du travail dans les secteurs public et privé », RDP, 2018, n°5, p. 1417-1435.

Benoît XVI, Saint Paul, l’Apôtre des Gentils, Perpignan, Tempora-Artege, coll. « Les indispensables », 2008.

Binah, Hervé. « Centrafrique : la position ambiguë de l’archevêque Nzapalainga aux antipodes des valeurs religieuses », disponible en ligne à l’adresse : http://www.lepotentielcentrafricain.com (consulté le 30/11/2018)

Blachèr, Philippe. Droit constitutionnel, Paris, 5e édition Hachette Livre, coll. « Les Fondamentaux », 2018.

Bon, Pierre. « La dissolution des partis politiques », in Mouvement du droit public. Du droit administratif au droit constitutionnel. Du droit français aux autres droits. Mélanges en l’honneur de Franck Moderne, Paris, Dalloz, 2004, p. 1011-1044.

Cachard, Olivier. « La puissance publique usurpée : les conséquences pénales du déploiement forcé des compteurs communicants », dans Légalité, légitimité, licéité : Regards contemporains. Mélanges en l’honneur du professeur Jean-François Seuvic, Presses universitaires de Nancy-Editions universitaires de Lorraine, 2018, p. 37-72.

Chagnollaud, Dominique. Droit constitutionnel contemporain. Tome 1 Théorie générale – Les régimes étrangers, Paris, 8e édition Dalloz, coll. « Cours Dalloz », 2015.

Code de droit canonique annotée, Paris-Bourges, Les EDITIONS DU CERF/ LES EDITIONS TARDY, 1989, p. 285.

Code de droit canonique bilingue et annotée, 2è édition révisée et mise à jour, Montréal, Wilson& Lafleur Limitée, 1999.

Code de Droit Canonique, disponible en ligne à l’adresse : http://www.vatican.va/archive/ (Consulté le 27/11/2018).

Code pénal et Code de procédure pénale centrafricain.

Communiqué de la Conférence épiscopale du 24 novembre 2018.

Constitution centrafricaine du 30 mars 2016.

Correspondance n° 2083/9 du Cardinal Ivan Dias adressée en date du 5 mai 2009 « Aux Révérends Prêtres diocésains, signataires de la lettre adressée au Cardinal Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples le 14 avril 2009 ».

Druffin-Bricca, Sophie et Henry, Laurence Caroline. Introduction générale au Droit, Paris, 12e édition, Gualino éditeur, Lextenso éditions 2018, coll. « Mémentos LMD »..

Durand, Jean Paul. « Droit civil et droit canonique », in Pouvoirs : Revue française d’études constitutionnelles et politiques, n°107/2003, p.59-79.

Feuillet, Michel. Vocabulaire du christianisme, Paris, 2e édition mise à jour, Puf, coll. « Que sais-je ? », 2000.

Formery, Simon Louis. La Constitution commentée article par article, Paris, 24e édition Hachette Livre, coll. « Les Fondamentaux », 2021, 192p.

Fraisseix, Patrick. Droit constitutionnel, Paris, 6e édition Vuibert, coll. « Dyna’Sup Droit », 2013.       

Gaxie, Daniel. Les professionnels de la politique, Paris, Puf, 1973..

Gerosa, Libero. Le droit de l’Eglise, Paris, Editions Saint Paul, coll. «Manuel de théologique catholique », 1998.

Hauriou, Maurice. Précis de droit constitutionnel (présentation par Jacky Hummel), Paris, Dalloz, 2015.

Krenc, Frédéric. « La liberté d’expression vaut pour des propos qui « heurtent, choquent ou inquiètent ». Mais encore ? », RTDH 2016, n°106, p. 311-348.

Lallau, Benoît. « « Face à la crise en Centrafrique, l’ONU dans le déni », disponible à l’adresse : https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/.html (consulté le 16 décembre 2018).

Lavroff, Dmitri Georges.  Histoire des idées politiques de l’Antiquité à la fin du XVIIIe siècle, Paris, 4e édition Dalloz, coll. « Mémentos Dalloz », 2001.

Mackouzangba, Gaston. « L’appel à boycotter les festivités du 1er décembre n’est pas en soi un crime de lèse-majesté et encore moins une violation des idéaux de Barthélémy Boganda », in Médias Plus, n°2032, 30 novembre 2018.

Maestre, Jean-Claude. « Le devoir d’obéissance : quelles limites ? », in Constitution et Fiances publiques. Mélanges en l’honneur de Loïc Philip, Paris, Ed. Economica, 2005, p. 140-148.

Mounier, François. « Benoît XVI renouvelle en profondeur l’épiscopat centrafricain », disponible en ligne à l’adresse : http://www.eglisecatholique-gabon.org/.html (consulté le 29/12/2018).

Pactet, Pierre. Institutions politiques-Droit constitutionnel, Paris, 18è édition, Armand Colin, 1999.

Patianga, Emmanuel. « L’incompréhensible appel du Cardinal Nzapalainga aux catholiques de Centrafrique », in Centrafrique Matin, n°2850, 30 novembre 2018. 

Pezet, Fabrice. « ‘’Vox populi, vox diaboli’’ ? La normalisation du référendum dans les régimes de souveraineté parlementaire après la décision de Miller », RFDC, 2018, n°114, p. 419-441.

Porteron, Cédric. « Le parquet, le secret de la procédure pénale et le droit à l’information du public et des institutions », dans Parcours pénal. Mélanges en l’honneur du Doyen Roger BERNARDINI, Paris, L’Harmattan, 2017, p. 197-211.

Pradel, Jean. « Les trois vérités de la procédure pénale. Aspects comparatifs », dans Légalité, légitimité, licéité : Regards contemporains. Mélanges en l’honneur du professeur Jean-François Seuvic, Presses universitaires de Nancy-Editions universitaires de Lorraine, 2018.

Puy-Montbrun, Abbé Bernard du. « Le secret en droit processuel canonique. Une question d’équité », in Le droit pénal à l’aube du troisième millénaire. Mélanges offerts à Jean Pradel, Paris, Editions Cujas, 2006, p. 499-523.

Ravaz, Bruno. « Vérité judiciaire et vérité religieuse », in Champs Libres. Etudes interdisciplinaires. Justice et religions (Journées d’études organisées par le Centre d’Etudes et de Recherche sur le contentieux de l’Université de Toulon et du Var), Paris-Hongrie-Italie, L’Harmattan, 2002, p. 175-187.

Selembi-Doudou, Bernard. « Le sursaut patriotique viendra-t-il de la plateforme des confessions religieuses ? », disponible en ligne à l’adresse : http://www.corbeaunews.com (consultée le 01/12/2018).

Sérieux, Alain. Droit canonique, Paris, Puf, coll. « Droit fondamental », 1996.

Trouiller, « Ménage de printemps chez les évêques de Centrafrique », disponible en ligne à l’adresse : http://centrafrique-presse.over-blog.com/-105213701.html (consultée le 02/01/2019).

Türk, Pauline. Les principes fondamentaux du droit constitutionnel, Paris, 11e édition, Gualino/Lextenso éditions, coll. « Mémentos LMD », 2018.

Zimmer-Mass, « Le Ministre Charles Armel Doubane révoqué purement du Gouvernement », in L’Hirondelle, n°4408.

Zouloukotoa, Édouard. « Vers un bras de fer entre le gouvernement et l’église catholique à propos de la fête de l’indépendance ? », disponible en ligne à l’adresse : https : //www.corbeaunews.-centrafrique.com (consultée le 28/11/2018).

Comment citer cet article :

MLA : N’Dui-Yabela,Alexis. « À César ce qui n’est pas à César ? Retour sur un communiqué des Évêques de Centrafrique incitant clairement à la désobéissance civile ». Uirtus 2.1. (avril 2022): 388-409.


§ Université de Bangui / [email protected]

[1]Cette conférence extraordinaire s’était tenue à Bimbo, l’une des seize préfectures de la RCA et la plus proche dela capitale Bangui.

[2]En ce sens, voir « Lettre pastorale des évêques de Centrafrique. Que faisons-nous de notre pays ? », in Pentecôte sur le monde (Revue bimestrielle des Spiritains et Spiritaines), n°743, 1991, p.20.

[3]Les juristes établissent généralement un distinguo entre « personnes physiques » et « personnes morales » de droit public ou de droit privé. Pour de plus amples informations, se reporter aux auteurs suivants : S. Druffin-Bricca et L.-C. Henry, Introduction générale au Droit, Paris, 12e édition, Gualino éditeur, Lextenso éditions 2018, coll. « Mémentos LMD », p.157-203.

[4] Pour des détails sur ces scènes de barbarie, le lecteur pourra se reporter à une synthèse du rapport publié par  Amnesty International le 14 décembre 2018 intitulée, « République centrafricaine. Une centaine de civils tués et brûlés à Alindao alors que les casques bleus quittent leurs postes », disponible en ligne à l’adresse : https://www.centrafrique-presse.info/ (consulté le 17/12/2018).

[5] Une autre préfecture centrafricaine située précisément à l’Est.

[6]Chanter pour Dieu, carnet réalisé par Chrétiens en Grande Ecole, Imprimerie de Montligeon, 1999, p.18. Voir notamment cantique « Debout resplendis », K 230.

[7] Une commémoration est une cérémonie officielle organisée pour conserver la conscience nationale d’un événement de l’histoire collective et servir d’exemple et de modèle. Elle engage tout l’État : les hauts fonctionnaires doivent y assister et doivent rassembler les citoyens afin de conforter la mémoire collective. Elle donne lieu à des événements culturels en dehors de la cérémonie. Les commémorations portent souvent sur des événements heureux, comme la fin d’une guerre, l’abolition d’une loi discriminante, les prouesses d’un inventeur ou d’un héros. Les commémorations peuvent être nationales ou locales, régulières ou occasionnelles.

[8]É. Zouloukotoa, «Vers un bras de fer entre le gouvernement et l’église catholique à propos de la fête de l’indépendance ? », disponible en ligne à l’adresse : https://www.corbeaunews.-centrafrique.com (consultée le 28/11/2018).

[9] Voir point 1 du communiqué épiscopal.

[10]J. Akouissonne de Kitiki, « L’avertissement sans frais de la conférence épiscopale », disponible en ligne à l’adresse : http://www.corbeaunews.com (consulté le 30/11/2018).

[11]G. Mackouzangba, « L’appel à boycotter les festivités du 1er décembre n’est pas en soi un crime de lèse-majesté et encore moins une violation des idéaux de Barthélémy Boganda », in Médias Plus, n° 2032, 30 novembre 2018, p.4.

[12]B. Selembi-Doudou, « Le sursaut patriotique viendra-t-il de la plateforme des confessions religieuses ? », disponible en ligne à l’adresse : http://www.corbeaunews.com (consultée le 01/12/2018).

[13]E. Patianga, chronique in Centrafrique Matin, n°2850, 30 novembre 2018, p.7. 

[14] H. Binah, « Centrafrique : la position ambiguë de l’archevêque Nzapalainga aux antipodes des valeurs religieuses », disponible en ligne à l’adresse : http://www.lepotentielcentrafricain.com (consulté le 30/11/2018).

[15]Zang To-Wen-Na, chronique in L’Expansion, n°1125, 30 novembre 2018, p.7.

[16]Voir « Lettre à la nation de Monsieur Dominique Guillaume GUIANISSIO », disponible en ligne à l’adresse : http://www.corbeaunews.com (consulté le 30/11/2018).

[17]Par définition, le droit positif est constitué de l’ensemble des règles juridiques en vigueur dans un État ou dans un ensemble d’États de la Communauté internationale, à un moment donné, quelles que soient leurs sources. Le droit positif repose sur la théorie du normativisme, élaborée par le théoricien Hans Kelsen au XXe siècle, qui structure le droit dans une hiérarchie des normes (ou pyramide des normes) : Constitution, lois et règlements.

[18] Voir La Bible. L’original, avec les mots d’aujourd’hui (Luc 11, 15-25).

[19] Voir point 1 du communiqué épiscopal.

[20] Voir point 2 du communiqué épiscopal.

[21] Voir point 3 du communiqué épiscopal.

[22]Canon. 455 – § 1. « La conférence des Évêques ne peut porter de décrets généraux que pour les affaires dans lesquelles le droit universel l’a prescrit, ou lorsqu’une décision particulière du Siège Apostolique l’a déterminé de sa propre initiative ou à la demande de la conférence elle-même. »

[23] Voir note n°16 ci-dessus.

[24]Expression tirée de l’article 38 du statut de la Cour internationale de Justice.

[25] Pour l’essentiel, voir : S.-L. Formery, La Constitution commentée article par article, Paris, 22e édition Hachette Livre, coll. « Les Fondamentaux », 2019, p.16-17 ; P. Türk, Les principes fondamentaux du droit constitutionnel, Paris, 11e édition, Gualino/Lextenso éditions, coll. « Mémentos LMD », 2018, p.54-63 ; D. Chagnollaud, Droit constitutionnel contemporain. Tome 1 Théorie générale – Les régimes étrangers, Paris, 8e édition Dalloz, coll. « Cours Dalloz », 2015, p.202-208 ; M. Hauriou, Précis de droit constitutionnel (présentation par Jacky Hummel), Paris, Dalloz, 2015, p.164-186 ; P. Fraisseix, Droit constitutionnel, Paris, 6e édition Vuibert, coll. « Dyna’Sup Droit », 2013, p.34-36.

[26]P. Fraisseix, 2009, op.cit., p.38.

[27]Art. 23 de la Constitution centrafricaine du 30 mars 2016.

[28]Ch. Apostolidis, « Le souverain, la règle, l’exception », Revue générale de droit international public (RGDIP), n°4, 2013, p.795-831.

[29] En guise d’illustration, on peut citer : Dennis Kofi Agbenyadzi, de nationalité ghanéenne (évêque de Berberati depuis le 14 mai 2012) ; Miroslaw Gucwa, de nationalité polonaise (évêque de Bouar depuis le 2 décembre 2017) ; Juan-José Aguirre Muñoz, de nationalité espagnole (évêque de Bangassou depuis le 21 décembre 2000) ; Tadeusz Kuzy, de nationalité polonaise (évêque de Kaga Bandoro depuis 2015) ; Jésus Ruiz Molina,  originaire d’Espagne (évêque de Mbaïki depuis le 10 mars 2021). Pour plus de détails, voir « Liste d’évêques et d’archevêques en Centrafrique, disponible en ligne à l’adresse suivante : http://www.wikipedia.org (consultée le 01/04/2022).

[30]Ph. Blachèr, Droit constitutionnel, Paris, 5e édition Hachette Livre, coll. « Les Fondamentaux », 2018, p.33-34.

[31] Dans son ouvrage, le professeur Blachèr traite du « Conseil constitutionnel » en France. Son équivalent en Centrafrique est la Cour constitutionnelle.

[32] Voir Code de droit canonique annotée, Paris-Bourges, Les EDITIONS DU CERF/ LES EDITIONS TARDY, 1989, p.285.

[33] Voir Code de droit canonique bilingue et annotée, 2è édition révisée et mise à jour, Montréal, Wilson& Lafleur Limitée, 1999 ; L. Gerosa, « Le droit de l’Eglise », in Manuel de théologique catholique, Paris, Editions Saint Paul, vol. XII, Cerf, 1998, p.137-138.

[34]Voir Code de Droit Canonique, disponible en ligne à l’adresse : http://www.vatican.va/archive/FRA0037/__P2.HTM (Consulté le 27/11/2018).

[35]J.-P. Durant, « Droit civil et droit canonique », Pouvoirs n°107/2003, p.69.

[36]F. Pezet, « ‘’Vox populi, vox diaboli’’ ? La normalisation du référendum dans les régimes de souveraineté parlementaire après la décision de Miller », Revue française de droit constitutionnel (RFDC), 2018, n°114, pp.419-441.

[37]D. G. Guianissio dans sa « Lettre à la nation » précitée.

[38]M. Feuillet, Vocabulaire du christianisme, Paris, 2e édition mise à jour, Puf, coll. « Que sais-je ? », 2000, p.89.

[39]J. Pradel, « Les trois vérités de la procédure pénale. Aspects comparatifs », dans Légalité, légitimité, licéité : Regards contemporains. Mélanges en l’honneur du professeur Jean-François Seuvic, Presses universitaires de Nancy-Editions universitaires de Lorraine, 2018, p.641.

[40] Pour des détails sur ces trois vérités, voir J. Pradel, op.cit., p.643-656.

[41]Voir chronique intitulée « République centrafricaine. Une centaine de civils tués et brûlés à Alindao alors que les casques bleus quittent leurs postes, disponible en ligne à l’adresse : https://www.centrafrique-presse.info/ (consulté le 17/12/2018).

[42] B. Lallau, « Face à la crise en Centrafrique, l’ONU dans le déni », article republié par  The conversation, sous le titre : « République centrafricaine : l’incapacité de l’ONU à protéger les civils face aux attaques des milices », disponible à l’adresse :https://www.francetvinfo.fr/monde/afrique/.html (consulté le 16 décembre 2018).

[43]B. Pascal, Pensées, Paris, Editions du Seuil, 1962, p.51 (pensée 294).

[44]B. Ravaz, « Vérité judiciaire et vérité religieuse », dans Champs Libres. Etudes interdisciplinaires. Justice et religions (Journées d’études organisées par le Centre d’Etudes et de Recherche sur le contentieux de l’Université de Toulon et du Var), Paris-Hongrie-Italie, L’Harmattan, 2002, p.175-187.

[45] Articles 11 à21 du code de procédure pénale de la RCA.

[46] Articles 23 à 26 du même Code.

[47] Articles 27 à 32 du même Code.

[48] Articles 33 à 34 du même Code.

[49]C. Porteron, « Le parquet, le secret de la procédure pénale et le droit à l’information du public et des institutions », dans Parcours pénal. Mélanges en l’honneur du Doyen Roger BERNARDINI, Paris, L’Harmattan, 2017, p.197-211.

[50]O. Cachard, « La puissance publique usurpée : les conséquences pénales du déploiement forcé des compteurs communicants », dans Légalité, légitimité, licéité : Regards contemporains. Mélanges en l’honneur du professeur Jean-François Seuvic, Presses universitaires de Nancy-Editions universitaires de Lorraine, 2018, p.37-72.

[51] Voir Zouloukotoa précité.

[52]Voir canon. 1501-1512 du Code du Droit canonique.

[53]J.-C. Maestre, « Le devoir d’obéissance : quelles limites ? », dans Constitution et Fiances publiques. Mélanges en l’honneur de Loïc Philip, Paris, Ed. Economica, 2005, p.140-148.

[54]Benoît XVI, Saint Paul, l’Apôtre des Gentils, Perpignan, Tempora-Artege, coll. « Les indispensables », 2008, 93p.

[55]Voir La Bible, op.cit., Romains (13, 1-4).

[56]D. G. Lavroff, Histoire des idées politiques de l’Antiquité à la fin du XVIIIe siècle, Paris, 4e édition Dalloz, coll. « Mémentos Dalloz », 2001, p.58-59.

[57]C. Benelbaz, « Liberté religieuse et laïcité dans les relations du travail dans les secteurs public et privé », Revue de droit public (RDP), 2018, n°5, p.1435.

[58] Cass. soc., 20 mai 1986, El Yacoubi c/Automobile Peugeot, Bull. V., n°262, p.201.

[59] Cass. soc., 24 mars 1998, Azad c./Chamsidine M’Ze : Bull. V. n°171, p.125; Dr. soc., juin 1998, n°6, p.614, obs. J. Savatier; Gaz. Pal 19 nov. 1998, n°9024.

[60] Décret n°18.361 rapportant les dispositions du décret n°17.324 du 12 septembre 2017 portant nomination ou confirmation des membres du Gouvernement.

[61]Zimmer-Mass, « Le Ministre Charles Armel Doubane révoqué purement du Gouvernement », in L’Hirondelle, n° 4408, p.2 ; ou encore « Touadera se sépare enfin de Charles Armel Doubane », in Le Citoyen n° 5748, 17 décembre 2018, p.1-2.

[62]J.-L. Clément, Les évêques au temps de Vichy. Loyalisme sans inféodation. Les relations entre l’Eglise et l’Etat de 1940 à 1944, Paris, Beauchesne Editeur, 1999, p.89-154.

[63] Pour des informations détaillées, voir A. Seriaux, Droit canonique, Paris, Puf, coll. « Droit fondamental », 1996, p.741-862.

[64] Voir : lettre des prêtres diocésains centrafricains du 14 avril 2009, à l’attention du Nonce Apostolique près la RCA, 9p. ; Correspondance n° 2083/9 du Cardinal Ivan Dias adressée en date du 5 mai 2009 « Aux Révérends Prêtres diocésains, signataires de la lettre adressée au Cardinal Préfet de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples le 14 avril 2009 », 4p.

[65]Pour de plus amples détails, voir « Lettre de son Eminence Card. Ivan Dias, aux Prêtres de la République Centrafricaine à l’occasion du dimanche de la divine miséricorde et du 4è anniversaire de l’élection du Pape Benoît XVI », n°1805/09, Rome, le 19 avril 2009, 4p. ; « L’Eglise centrafricaine secouée par une grave crise », disponible en ligne à l’adresse : https://www.la-croix.com/Religion/Actualite/-2009-05-28-535424(consulté le 30/12/2018).

[66]N. Trouiller, « Ménage de printemps chez les évêques de Centrafrique », disponible en ligne à l’adresse : http://centrafrique-presse.over-blog.com/-105213701.html (consultée le 02/01/2019).

[67] F. Mounier, « Benoît XVI renouvelle en profondeur l’épiscopat centrafricain », disponible en ligne à l’adresse : http://www.eglisecatholique-gabon.org/.html (consulté le 29/12/2018).

[68]Abbé B. du Puy-Montbrun, « Le secret en droit processuel canonique. Une question d’équité », dans Le droit pénal à l’aube du troisième millénaire. Mélanges offerts à Jean Pradel, Paris, Editions Cujas, 2006, p.499-523.

[69] Voir son article précité, note n°24.

[70] Union pour le renouveau centrafricain.

[71] Mouvement de libération du peuple centrafricain.

[72] Convention républicaine pour le progrès social.

[73] Mouvement démocratique pour le renouveau et l’évolution de Centrafrique.

[74]D. Gaxie, Les professionnels de la politique, Paris, Puf, 1973, 96p.

[75]P. Pactet, Institution politique-Droit constitutionnel, Paris, 18è édition à jour, Armand Colin, 1999, p.86.

[76]P. Bon, « La dissolution des partis politiques », dans Mouvement du droit public. Du droit administratif au droit constitutionnel. Du droit français aux autres droits. Mélanges en l’honneur de Franck Moderne, Paris, Dalloz, 2004, pp.1011-1044.

[77]Voir discours du pape François aux évêques de Centrafrique en visite ad Limina, disponible en ligne à l’adresse : https://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Archives/Documentation-catholique(Consulté le 02/01/2019).

[78]Ibidem.

[79] Voir « Déclaration des Partis Politiques de l’Opposition Démocratique et de la Société Civile Relative aux festivités du 1er décembre 2018 », du 05 décembre 2018.

[80] Voir « Déclaration des Partis Politiques de l’Opposition Démocratique et de la Société Civile relative aux festivités du 1er décembre 2018 », op.cit.

[81]F. Krenc, « La liberté d’expression vaut pour des propos qui « heurtent, choquent ou inquiètent ». Mais encore ? », in Revue trimestrielle des droits de homme (RTDH) 2016, n°106, pp.311-348.

Résumé:Réseaux sociaux comme dispositifs e-learning dans les établissements d’enseignement supérieur en contexte de la Covid-19 au B F

Bapindié Ouattara§,

Benjamin Sia,

Dimkêeg Sompassaté Parfait Kaboré

&

Félix Compaoré

Résumé : La crise sanitaire liée à la covid-19 a entraîné la suspension des activités pédagogiques dans les établissements d’enseignement supérieur. Au Burkina Faso, certains établissements supérieurs ont eu recours aux possibilités offertes par les TICs pour assurer la continuité des activités pédagogiques. L’étude a concerné les étudiants de l’enseignement supérieur ayant expérimenté ces outils de réseautage comme dispositif e-learning dans le contexte de la covid-19. Basée sur le modèle de l’UTAUT, elle vise à analyser les facteurs déterminant l’intention d’adoption des outils de réseautage comme dispositif e-learning. Les résultats indiquent que « l’influence sociale » et « l’attente d’usage » exercent une influence positive et significative sur l’intention d’acception et d’usage des réseaux sociaux comme dispositif de formation à distance. A contrario, les variables centrales de l’UTAUT, « l’attente de performance », « l’attente d’effort » et « les conditions facilitantes » n’ont aucune influence significative sur l’intention d’acceptation des réseaux sociaux.

Mots-clés : Réseaux sociaux virtuels, intention d’usage, influence sociale, e-learning, résilience, covid-19

Abstract: The health crisis related to covid-19 has led to the suspension of pedagogical activities in higher education institutions. In Burkina Faso, some higher education institutions have used the possibilities offered by ICT to ensure the continuity of pedagogical activities. The study focused on higher education students who have experimented these networking tools as an e-learning device in the context of covid-19. Based on the UTAUT model, it aims to analyze the factors determining the intention to adopt networking tools as an e-learning device. The results indicate that « social influence » and « expectation of use » have a positive and significant influence on the intention to accept and use social networks as a distance learning device. In contrast, the central variables of the UTAUT, « performance expectation », « effort expectation » and « facilitating conditions » have no significant influence on the acceptance intention of social networks.

Keywords: Virtual Social Networks, Intention to Use, Social Influence, E-Learning, Resilience, Covid-19

Introduction

L’enthousiasme pour les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement a connu un regain d’intérêt avec la covid-19 pour assurer la continuité des activités pédagogiques dans les universités et établissements d’enseignement supérieur. D’après le tableau de bord 2018-2019 de l’enseignement supérieur (MESRSI, Rapport, février 2020), ce sont environ 113 Institutions d’Enseignement Supérieur parmi lesquels 13 établissements publics avec plus de 132 569 étudiants dont 21,0% du privé, qui sont concernés par les effets de la pandémie. Au moment de la fermeture des classes en mars 2020, de nombreuses voix au sein de la communauté éducative se sont levées pour exiger le passage à la formation à distance. Cette requête a mis les décideurs et les gestionnaires du système éducatif devant un dilemme concernant le choix des technologies informatiques. En effet, certains établissements ont eu recours aux réseaux sociaux virtuels (WhatsApp, Facebook, Instagram, Telegram, etc.) comme dispositif d’enseignement et d’apprentissage en ligne. L’atteinte des objectifs poursuivis à travers de tels dispositifs requiert la maîtrise de différents facteurs parmi lesquels ceux déterminant leur acceptation par les étudiants. Ainsi, comment les étudiants ont-ils accueilli ces outils de réseautage social ? Quels sont les facteurs potentiels qui ont motivé leur acceptation ? Autrement dit, quels sont les déterminants de l’acceptation par les étudiants, des réseaux sociaux comme dispositifs de formation à distance dans ce contexte de pandémie liée à la covid-19 ? En adaptant le modèle de UTAUT au contexte de la présente étude, alors, l’objectif consiste à identifier les facteurs susceptibles d’influencer l’intention d’usage des réseaux sociaux par les apprenants des établissements d’enseignement supérieur du Burkina Faso. Il s’agira de manière spécifique d’examiner le lien entre cette intention d’usage et l’attente de performance, les efforts requis, les conditions facilitatrices, l’influence sociale, les attentes d’usage.

1. Cadre théorique et conceptuel

1.1. Apports ou potentialités des réseaux sociaux

Certaines études sur les réseaux sociaux dans l’éducation s’appuient sur les services et les fonctionnalités (communiquer, collaborer, partager des contenus) de ces médias pour déduire les apports possibles dans le domaine de l’enseignement et de la formation. Il s’agit généralement d’études empiriques selon (Wenger 2). Cet auteur note que les réseaux sociaux sont des lieux importants pour l’apprentissage pour des personnes ayant un centre d’intérêt commun et qui acceptent de collaborer. D’autres recherches se sont intéressées aux usages de ces médias par les acteurs de l’éducation. Ces différentes recherches ont révélé deux catégories d’usages pour ce qui concerne les apprenants.

En premier lieu, les usages pour la distraction seraient prédominants en milieu étudiant. En effet, il ressort de plusieurs études que les apprenants utiliseraient les réseaux sociaux pour maintenir le contact, passer du temps entre amis, réagir ou apprécier les contributions des membres de leurs réseaux (Hart 37 ; Thivierge). Ces auteurs qui se sont penchés sur le cas de Facebook, l’un des réseaux les plus utilisés par les jeunes dans le monde, révèlent que l’usage des réseaux sociaux par les étudiants est axé sur les aspects de la sociabilité comme le maintien des liens sociaux, le partage des informations etc. L’étude de (Koutou), qui a eu pour public cible le milieu scolaire en contexte africain notamment en Côte d’Ivoire, a abouti au même résultat. Les apprenants utilisent préférentiellement les réseaux sociaux pour télécharger de la musique, partager des photos, lier des contacts etc. Ces usages et ces pratiques sont influencés par les représentations des jeunes qui considèrent ces médias comme des outils de lutte pour la transparence (Damome et al.29). Cette prédominance des usages non académiques affecte les capacités des apprenants à respecter les règles de production écrites en français (Dia et al.)

En deuxième lieu, les résultats des études réalisées par (Mian; Beauné ; Dakouré) mettent plutôt en évidence l’usage des réseaux sociaux à des fins éducatives. Ces études présentent des résultats intéressants et diversifiés concernant les usages éducatifs de Facebook. Elles montrent que, globalement, les étudiants réagissent positivement à l’idée de développer de tels usages ou a posteriori, après avoir expérimenté de tels usages. « Les élèves et étudiants ont des usages scolaires couplés à des usages de distraction : téléchargement de sons et images, chats, jeux en ligne, messagerie, visites de différents sites d’informations, etc. ». Dans cette même veine, (Chomienne et Lehmans 2) vont plus loin en s’intéressant à l’efficacité des réseaux sociaux numériques dans la construction d’une communauté de savoirs et dans l’appropriation de connaissances par les étudiants dans une démarche de construction collective par la recherche d’information, l’écriture et le partage. (Alava et Message-Chazel 55) ont mis l’accent sur les compétences numériques nécessitées par les « pratiques en communautique » et leur impact sur les stratégies d’apprentissage des apprenants FOAD. Il ressort de leur étude que les apprenants à travers l’usage des réseaux sociaux renforcent leur autonomie d’une part et d’autre part favorise leur adhésion aux pratiques d’apprentissage en équipe.

Au-delà des potentialités pour l’apprentissage et des conditions d’efficacité, il est également important de s’interroger sur les rapports de ces nouveaux médias avec les apprentissages des étudiants universitaires africains en contexte de la covid-19 et plus précisément au Burkina Faso. En effet, les croyances de (McLoughlin, Wang et Beasley) et les facteurs environnementaux tels que le profil culturel et l’adoption des outils numériques (Collin et Karsenti 206) peuvent affecter la réussite de l’implémentation d’un dispositif elearning.

1.2. Modèle théorique

L’intention d’usage d’une technologie définie comme une décision prise par l’individu d’interagir avec une technologie fonde son origine dans les théories de l’action raisonnée (Fishbein & Ajzen), du comportement planifié (Ajzen 316) et de la Théorie sociale cognitive de (Wood et Bandura 380). Parmi les modèles qui servent de base aux théories de l’acceptation des technologiques, il y a le TAM (Technology Acceptance Model) de (Davis 322) et UTAUT (Unified Theory of Acceptance and Use of Technology) proposé par (Venkatesh et al.). La TAM souligne que l’utilité perçue (attente de performance) et la facilité d’utilisation sont des variables déterminant l’acceptation de la technologie. L’UTAUT de (Venkatesh et al. 447), fait la synthèse des modèles précédents en retenant les variables les plus significatives : la performance attendue, l’effort attendu, l’influence sociale et les conditions facilitantes. (Karahanna et Straub 200) ont également montré que le modèle d’acceptation d’une technologie de (Davis 1986) peut être enrichi de facteurs supplémentaires comme la présence sociale et le support technique. Nous nous sommes basés sur les résultats de recherche de (Karahanna et Straub197, 199) qui révèlent les variables : attente de performance, attente d’effort, influence sociale, conditions facilitantes et attentes d’usage comme étant les facteurs influençant l’acceptation d’une technologie dans l’apprentissage à travers une échelle de mesure.

Notre modèle de recherche se présente comme suit :

Figure 1. Modèle de recherche

1.3. Hypothèses de recherche

En nous appuyant sur notre modèle de recherche, nous formulons l’hypothèse générale que l’utilisation des réseaux sociaux comme dispositif e-learning par les étudiants est fonction de l’intention d’usage (INU).

En termes d’hypothèses spécifiques, nous retenons :

  • Hypothèse 1 (H1) : l’attente de performance a un effet significatif sur l’intention d’usage des réseaux sociaux par les apprenants. L’attente de performance (ATP) correspond au degré auquel une personne pense que l’utilisation des réseaux sociaux peut l’aider à obtenir des gains de performance dans ses études (Venkatesh et al. 447).
  • Hypothèse 2 (H2) : l’attente d’effort d’utilisation des réseaux sociaux par les étudiants influence leur intention d’usage. L’attente d’effort (ATE) représente le degré de facilité qui est associé à l’utilisation des réseaux sociaux par les étudiants dans leurs activités d’apprentissage (Venkatesh et al. 450).
  • Hypothèse 3 (H3) : l’influence sociale a un effet significatif sur l’intention d’usage des réseaux sociaux par les apprenants pour leur apprentissage. L’influence sociale (INS) : c’est la perception d’un individu quant à l’emprise de certaines personnes importantes sur son intention d’accepter d’utiliser les réseaux sociaux pour ses activités d’apprentissage (Benali et al.). La décision de l’apprenant d’accepter cette technologie pour l’apprentissage peut être alors influencée soit par les condisciples, soit par les enseignants, ou encore les parrains, voire par l’administration scolaire.
  • Hypothèse 4 (H4) : les conditions facilitantes sont en lien avec l’intention d’usage. Les conditions facilitantes (CDF) représentent la disponibilité de ressources temporelles, techniques et financières nécessaires pour soutenir l’utilisation des réseaux sociaux. Dans le contexte de notre recherche, les étudiants seraient plus enclins à accepter les réseaux sociaux à des fins éducatives que si elles estiment l’environnement institutionnel, infrastructurel et         financier favorable.
  • Hypothèse 5 (H5) : les attentes d’usage des réseaux sociaux par les apprenants influencent leur intention d’usage. Les attentes d’usage (ATU) sont définies comme les avantages perçus de l’usage des réseaux sociaux pour l’apprentissage. Il s’agit de la perception que les réseaux sociaux permettent d’atteindre plus rapidement leurs objectifs d’apprentissage et d’améliorer leurs résultats scolaires.

2. Méthodologie

L’échantillonnage de commodité est la technique adoptée pour la collecte des données. C’est une méthode non probabiliste qui permet de se contenter des personnes volontaires pour répondre à l’enquête. Le pré-test auprès du public cible de l’étude a permis de savoir que les établissements publics d’enseignement supérieur dans le contexte de la covid-19 n’ont pas expérimenté l’usage des réseaux sociaux pour la continuité pédagogique. En effet, le Ministère chargé de l’Enseignement supérieur après avoir fait le point des enseignements dans chaque université a plutôt pris l’option d’une plateforme en ligne. Un portail d’accès a été créé avec un lien pour chacun des centres universitaires. Il a été demandé aux enseignants de déposer les modules programmés mais non encore dispensés en format PDF sur la plateforme dédiée à leur université pour permettre aux étudiants d’y accéder.

Alors, l’étude a concerné les étudiants des universités ou écoles supérieures privées ayant opté pour les réseaux sociaux comme dispositif e-learning dans le contexte de covid-19. En prélude au lancement du questionnaire, un mail envoyé aux fondateurs d’établissement a permis d’identifier les écoles ou institutions privées ayant véritablement expérimenté les réseaux sociaux pour la continuité des activités académiques et pédagogiques. Environ 125 étudiants provenant des instituts comme le Centre de Recherche Panafricain en Management pour le Développement (CERPAMAD), l’Institut Internationale de Management (IAM), Ecole Supérieure Polytechnique de la Jeunesse (SUP-JEUNESSE), l’Université Libre du Burkina (ULB) ont effectivement répondu au questionnaire.

Tableau 1. Caractéristiques des répondants

VariablesModalitésEffectifPourcentage
GenreFéminin4636,8
Masculine7963,2
Total125100%
Tranche d’âgemoins de 20 ans32,4
20-25 ans7761,6
26-30 ans2217,6
31-35 ans1411,2
35 ans et plus97,2
Total125100%
École ou universitéCERPAMAD2822,4
ESUP-JEUNESSE2923,2
IAM4334,4
ULB2520,0
Total125100%
Niveau d’étudeLicence 1ère année21,6
Licence 2ème année4032,0
Licence 3ème année4132,8
Master 11814,4
Master 22419,2
Total125100%
FilièreBTP2923,2
Droit-science politique2923,2
Economie-Gestion6753,6
Total125100%

Pour le recueil des données, un questionnaire constitué de 23 items de type échelle de Likert à 7 modalités (allant de « (1 = désaccord total, 2 = désaccord, 3 = léger désaccord, 4 = neutre (ni accord, ni désaccord), 5 = léger accord, 6 = accord, 7 = accord total) » a été élaboré à partir du modèle de l’UTAUT enrichi par (Karahanna et Straub198). Il comprend des rubriques allant de l’identification du répondant à son intention d’usage des réseaux sociaux en passant par son utilisation des réseaux sociaux, ses attentes de performance, ses attentes d’efforts, l’influence sociale et les conditions favorisant l’apprentissage durant cette période de la covid-19. Parallèlement au questionnaire en ligne, la version papier a été administrée auprès de certains étudiants des établissements ciblés.

Pour l’analyse des données, la première étape a consisté à analyser la fiabilité des items de notre questionnaire en utilisant le test de l’alpha de Cronbach. Dans la deuxième étape pour tester les relations hypothétiques de notre modèle de recherche, nous avons utilisé l’ANOVA. La troisième étape a été consacrée au test de régression linéaire afin de représenter la relation linéaire entre notre variable dépendante à savoir l’intention d’usage et les variables indépendantes comme les attentes de performance des réseaux sociaux utilisés, les attentes d’efforts, les conditions facilitant son usage, l’influence sociale et les attentes d’usage. Les différents tests ont été réalisés grâce au logiciel de traitement de données IBM SPSS 26.

3. Résultats et discussion  

Dans cette partie, nous vérifions la fiabilité de mesure et présentons nos résultats. C’est également le lieu pour nous de montrer les discordances et les concordances de notre travail avec d’autres études.

Vérification de la cohérence interne des items du questionnaire

Pour vérifier la cohérence interne des questions formulées à partir du modèle de UTAU, le test alpha de Cronbach a été utilisé. Le résultat présenté dans le tableau 2 montrent un indice de 0,834. Ce qui est supérieur au seuil minimum de 0,70.

Tableau 2. Fiabilité des échelles de mesure

Statistiques de fiabilité
Alpha de CronbachAlpha de Cronbach basé sur des éléments standardisésNombre d’éléments 
0,8340,8356 

Alors, l’échelle de mesure des facteurs d’acceptation utilisée pour l’étude est fiable et par conséquent elle constitue un prédicteur des variables de comportements que nous souhaitons vérifier dans notre étude.

Nous avons aussi vérifié l’utilisation des réseaux sociaux pour l’apprentissage avant la covid-19

Tableau 3. Utilisation des réseaux sociaux pour apprendre dans le cadre de la formation avant la crise sanitaire due à la covid-19

 EffectifPourcentage
Non4435,2
Oui8164,8
Total125100,0

Il ressort du tableau 3 qu’avant la crise sanitaire due à la covid-19, 64,8% des répondants utilisaient déjà les réseaux sociaux contre 35,2%. Les réseaux sociaux cités sont les suivants : WhatsApp, Facebook, Instagram, YouTube, Snapchat, Google Classroom.

Vérification de lien entre la variable dépendante et les variables indépendantes

Pour la vérification de ce lien, nous avons eu recours au test de regression

Tableau 4. Résultat de vérification du lien entre l’intention d’usage et l’attente de performance (ATP), l’attente d’effort (ATE), l’influence sociale (INS), les conditions facilitantes (CDF), les attentes d’usage (ATU)

L’ANOVA révèle une valeur de F de 71,82 et p < 0,005. Cela signifie qu’il y a probablement une relation statistiquement significative entre la variable dépendante INU (Intention d’usage) et les variables indépendantes ATP (attente de performance), ATE (attente d’effort), INS (influence sociale), CDF (conditions facilitantes), ATU (attentes d’usage).

Tableau 5. Récapitulatif des modèles

ModèleRR-deuxR-deux ajustéErreur standard de l’estimation
10,880a0,7740,7630,67269
a. Prédicteurs : (Constante), ATU, ATE, CDF, INS, ATP

Dans le tableau 5 ci-dessus, la valeur du coefficient de corrélation est de 0,88. Cette valeur révèle que les données sont très bien ajustées au modèle. En effet, si nous considérons la valeur R-deux (0,77), celui-ci indique la proportion de la variabilité de la variable dépendante (intention d’usage) expliquée par le modèle de régression. Nous pouvons donc dire que les facteurs comme l’attente de performance, l’attente d’effort, l’influence sociale, les conditions facilitantes, les attentes d’usage peuvent expliquer à près de 77 % la variation de l’intention d’usage.

Le tableau 6 ci-après nous indique les valeurs Beta et leur degré de signification.

Tableau 6. Coefficients

A la lecture de ce tableau, il ressort que les résultats du test de régression pour les variables influence sociale (INS) et attente d’usage (ATU), les valeurs p= sont respectivement de 0,027 < 0.05 et 0,000 également < 0.05. Les hypothèses H3 et H5 sont donc confirmées. Nos résultats révèlent que les variables « influence sociale » et “attentes d’usage” ont un effet significatif sur l’intention d’usage des réseaux sociaux pour l’apprentissage en ligne pendant la covid-19.

Par contre pour les variables attente de performance (ATP), attente d’effort (ATE), conditions facilitantes (CDF), dont les valeurs p respectivement 0,5540 ; 0,494 et 0,134 toutes supérieures à 0.05, le test n’est pas significatif. Cela indique que nos hypothèses H1, H2 et H4 ne sont pas confirmées. Alors, les variables « attente de performance », « attente d’effort » et « conditions de facilitation » n’exercent aucune influence significative sur l’intention d’usage des réseaux sociaux comme dispositif e-learning par les apprenants durant la période de la covid-19.

L’analyse des déterminants de l’acceptation des réseaux sociaux par les étudiants comme dispositif d’apprentissage en ligne indique l’existence d’une relation entre l’influence sociale et l’intention d’usage. Ce résultat correspond à ceux des études de (Benali et al.) et (Bere 88) mais contraste avec celui de (Kouakou 194) qui a démontré qu’aucune influence sociale n’a un impact sur l’utilisation des réseaux sociaux. Au regard de la jeunesse de la majorité des répondants (environ 64% qui ont moins de 25 ans), on peut déduire que leur entourage (camarades, parents, enseignants, etc.) a pu influencer leur intention d’usage des réseaux sociaux. Effectivement, comme l’ont indiqué (Benali et al.), en termes d’influence sociale, Il faut surtout souligner l’influence des enseignants et des proches à savoir les parents, les amis et les camarades de classe.

Nos résultats confirment également que les attentes d’usage des réseaux sociaux comme dispositif d’apprentissage influencent positivement l’intention d’usage des apprenants. Ce résultat converge avec le TAM et l’UTAUT qui considèrent l’attente d’usage comme une des variables significativement liées à l’intention d’usage d’une technologie. En effet, l’adéquation avec les tâches (Kouakou 66) et les effets positifs attendus de l’usage de whatsapp sur l’intention d’usage pour l’apprentissage ont été mis en évidence par (Adjanohoun et Agbanglanon 208). Cela signifie que l’intention d’usage des étudiants de notre échantillon de recourir aux réseaux sociaux comme dispositif d’apprentissage est déterminée par les avantages perçus. 

D’autre part, notre recherche révèle qu’il n’existe aucune influence significative des variables attente de performance, attente d’effort, conditions facilitantes sur l’intention d’usage des réseaux sociaux pour l’apprentissage. Cela contraste avec les études de (Ayadi et Kamoun 9) et (Ben Romdhane 52, 53) pour la variable attente de performance et l’UTAUT de (Venkatesh et al.) pour toutes ces variables citées. En ce qui concerne la variable conditions facilitantes, une des variables essentielles qui influence l’acceptation d’une technologie selon cette théorie de l’UTAUT, les répondants dont la plupart sont jeunes (61,60% entre 20 et 25 ans) appartiennent à la génération « digitale native » qui dispose d’une familiarité avec les réseaux sociaux virtuels. En effet, la majorité des répondants (64,8%) utilisaient déjà les réseaux sociaux avant la covid-19. La variable conditions facilitantes n’a donc pas eu d’effet sur leur intention d’utiliser ces technologies dans leur apprentissage.

Conclusion

L’objectif de la présente étude était d’identifier les déterminants de l’acceptation des réseaux sociaux comme dispositifs de formation à distance en vue de la continuité pédagogique dans ce contexte de pandémie liée à la covid-19. A partir du modèle UTAUT de (Venkatesh et al. 2003), cette recherche a été menée auprès de 125 étudiants des établissements d’enseignements supérieurs privés du Burkina Faso. Les résultats révèlent que les variables « influence sociale » et « attentes d’usage » sont des facteurs qui déterminent l’intention d’usage des réseaux sociaux pour l’apprentissage. En termes de contribution à la conception des dispositifs e-learning pour les établissements d’enseignement supérieur, notre recherche a mis en évidence deux facteurs déterminants à prendre en compte. Pour l’acceptation de l’apprentissage en ligne à travers les réseaux sociaux, ces établissements doivent s’appuyer sur l’influence de l’entourage des étudiants et des avantages perçus de l’utilisation de ces outils pour l’apprentissage. Cependant, l’étude comporte des limites relatives à sa validité externe. En effet, elle n’a pas pris en compte les étudiants inscrits dans les établissements d’enseignement supérieur publics et les caractéristiques sociodémographiques. Ces limites ouvrent de nouvelles perspectives de recherche. La première piste est l’extension du champ de l’étude aux institutions d’enseignement supérieur publiques et la prise en compte des variables sociodémographique. Une telle recherche permettra de cerner la variation des déterminants en fonction du statut de l’établissement et des caractéristiques sociodémographiques des étudiants. La deuxième piste est celle de la prise en compte de la cible enseignante qui joue un rôle déterminant dans la mise en œuvre des dispositifs e-learning.

Travaux cités           

Adjanohoun, Jonas, et Sylvain Agbanglanon. « Réseaux sociaux pour apprendre : un modèle structurel basé sur la théorie unifiée d’acceptation et d’utilisation des technologies. » PUN 2020 Pédagogie universitaire numérique : Quelles perspectives à l’ère des usages multiformes des réseaux sociaux pour apprendre ?2020.

Ajzen, Icek. « The theory of planned behavior. » Organizational behavior and human decision processes 50.2 (1991): 179-211

Alava, Séraphin, et Eléonore Message-Chazel. “ Les pratiques en communautique au cœur des apprentissages en ligne “. Questions Vives, vol. 7, no 14, 2010, p. 55‑70.

Ayadi, F., et F. Kamoun. « Les déterminants de l’utilisation du système e-learning par les étudiants. » Actes du 14e colloque de l’AIM. 2009.

Beauné, Aurélie. « Utilisation des réseaux sociaux pour l’apprentissage des langues étrangères: le cas de Facebook. » Adjectif 15.1 (2012).

Benali, Mourad, Toufik Azzimani, et Mehdi Kaddouri. « Apprentissage médié par téléphone mobile: quelles intentions d’adoption chez les jeunes Marocains. » Adjectif. net (2018).

Bere, Aaron. « Exploring determinants for mobile learning user acceptance and use: An application of UTAUT. » 2014 11th International Conference on Information Technology: New Generations. IEEE, 2014, pp. 84-90.

Brangier, E., et Hammes, S., (2006). Élaboration et validation d’un questionnaire de mesure de l’acceptation des technologies de l’information et de la communication basé sur le modèle de la symbiose humain-technologie-organisation. In Brangier, E., Kolski, C., Ruault, J-R. (Eds). L’humain comme acteur de performance des systèmes complexes. Actes du congrès Ergo’IA 2006. Estia Innovation éditeur, 71-78

Brangier, Eric, et Sonia Hammes. « Elaboration et validation d’un questionnaire de mesure de l’acceptation des technologies de l’information et de la communication basé sur le modèle de la symbiose humain-technologie-organisation ». Brangier, E., Kolski, C., Ruault, J-R. (Eds), 2006, p. 71‑78. ResearchGate,

Caneva, Christiane. « Facteurs d’adoption ou de rejet des technologies chez les professeurs-formateurs d’enseignants: le cas de l’université costaricienne. » Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire/International Journal of Technologies in Higher Education 16.1 (2019): 15-35.

Chomienne, Elise, et Anne Lehmans. « Réseaux sociaux et apprentissages collaboratifs à l’université. » Colloque international de l’université à l’ère du numérique 2012. 2012.

Collin, Simon, et Thierry Karsenti. « Usages des technologies en éducation : analyse des enjeux socioculturels. » Éducation et francophonie 41.1 (2013) : 192-210.

Dakouré, Evariste. « Promotion de dispositifs multimédias au Burkina Faso: Pratiques, discours et stratégies d’acteurs. » Adjectif  (2012).

Damome, Étienne, Aminata Ouédraogo, et Élodie Alimata Tapsoba. « Vision et usages enchantés des réseaux sociaux numériques au Burkina Faso. » Communication. Information médias théories pratiques 37.1 (2020).

Davis, Fred D. « Perceived usefulness, perceived ease of use, and user acceptance of information technology. » MIS quarterly (1989): 319-340

Dia, Mamadou, Oumar Sk Dembele, et Fatoumata Bintou Sylla. « Impact des réseaux sociaux sur les écrits des étudiants au Mali. » 2020, p. 16.

Fishebein, M., et I. Ajzen. « Belief, Attitude, Intention, and Behavior: An Introduction to Theory and Research Readin. » (1975).

Hart, Michael J. A study on the motives of high school and undergraduate college students for using the social network site Facebook.Thèse de Doctorat, Liberty University, USA, 2010.

Karahanna, Elena, Detmar W. Straub, et Norman L. Chervany. « Information technology adoption across time: a cross-sectional comparison of pre-adoption and post-adoption beliefs. » MIS quarterly (1999): 183-213.

Kouakou, Kouassi Sylvestre. « Les déterminants de l’adoption de l’apprentissage mobile par les étudiantes de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar ». http://www.frantice.net, IFIC, Université de Limoges, avec le soutien de l’AUF, 1 janvier 2019.

Kouakou, Kouassi Sylvestre. « Les déterminants de l’adoption des réseaux sociaux numériques en situation professionnelle: étude empirique au sein des bibliothèques des universités ivoiriennes ». Frantice. net, 2014.

Koutou, N’Guessan Claude. « Usage des réseaux sociaux par les apprenants des établissements secondaires privés en Côte d’Ivoire. » Panaf Edu 2.2 (2010).

Lassoued, Tarek, et Mahrane Hofaidhllaoui. « Les déterminants de l’acceptation de l’e-learning: étude empirique au sein de La Poste. » Management Avenir 2 (2013): 139-156.

Mbengue, Moustapha, Djibril Diakhate, et Mohamed Diop. « Formation Ouverte et à Distance (FOAD) et stratégie numérique de continuité pédagogique en contexte COVID-19: Retour d’expériences. » Annales de l’Université de Craiova. Filosofie (2020), p. 16.

McLoughlin, James A., Lih-Ching Chen Wang, et William A. Beasley. « Transforming the college through technology: A change of culture. » Innovative Higher Education 33.2 (2008): 99-109.

Mian, Bi Sehi Antoine. « Usages de Facebook pour l’apprentissage par des étudiants de l’Institut Universitaire d’Abidjan (IUA). » Adjectif, (2012).

Ouédraogo, Boukary. « Les déterminants de l’intégration pédagogique des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) par les enseignants à l’Université de Ouagadougou (Burkina Faso). » (Thèse de doctorat, Éd.), Université de Montréal, (2011).

Thivierge, Josée. Jeunes, TIC et nouveaux médias: une étude exploratoire au Cégep de Jonquière. Cégep de Jonquière, 2011.

Tomé, Mario. « Réseaux et médias sociaux sur internet pour l’apprentissage de la prononciation d’une langue étrangère. » International Journal of E-Learning & Distance Education 25.2 (2011): 1.

Venkatesh, Viswanath, et al. « User acceptance of information technology: Toward a unified view. » MIS quarterly (2003): 425-478.

Wenger, Etienne. « Communities of practice: Learning as a social system. » Systems thinker 9.5 (1998): 2-3.

Wood, Robert, et Albert Bandura. « Social cognitive theory of organizational management. » Academy of management Review 14.3 (1989): 361-384.

Comment citer cet article :

MLA : Ouattara, Bapindié, Sia Benjamin, Kaboré Dimkêeg Sompassaté Parfait, Félix Compaoré. « Réseaux sociaux comme dispositifs e-learning dans les établissements d’enseignement supérieur en contexte de Covid-19 au Burkina Faso ». Uirtus 2.1. (avril 2022): 70-85.


§ Université Thomas Sankara- Burkina Faso/ [email protected]

Abstract:Réseaux sociaux comme dispositifs e-learning dans les établissements d’enseignement supérieur en contexte de la Covid-19 au B F 

The health crisis related to covid-19 has led to the suspension of pedagogical activities in higher education institutions. In Burkina Faso, some higher education institutions have used the possibilities offered by ICT to ensure the continuity of pedagogical activities. The study focused on higher education students who have experimented these networking tools as an e-learning device in the context of covid-19. Based on the UTAUT model, it aims to analyze the factors determining the intention to adopt networking tools as an e-learning device. The results indicate that « social influence » and « expectation of use » have a positive and significant influence on the intention to accept and use social networks as a distance learning device. In contrast, the central variables of the UTAUT, « performance expectation », « effort expectation » and « facilitating conditions » have no significant influence on the acceptance intention of social networks.

Keywords: Virtual Social Networks, Intention to Use, Social Influence, E-Learning, Resilience, Covid-19

Abstract:Réseaux sociaux comme dispositifs e-learning dans les établissements d’enseignement supérieur en contexte de la Covid-19 au Burkina Faso 

Abstract: The health crisis related to covid-19 has led to the suspension of pedagogical activities in higher education institutions. In Burkina Faso, some higher education institutions have used the possibilities offered by ICT to ensure the continuity of pedagogical activities. The study focused on higher education students who have experimented these networking tools as an e-learning device in the context of covid-19. Based on the UTAUT model, it aims to analyze the factors determining the intention to adopt networking tools as an e-learning device. The results indicate that « social influence » and « expectation of use » have a positive and significant influence on the intention to accept and use social networks as a distance learning device. In contrast, the central variables of the UTAUT, « performance expectation », « effort expectation » and « facilitating conditions » have no significant influence on the acceptance intention of social networks.

Keywords: Virtual Social Networks, Intention to Use, Social Influence, E-Learning, Resilience, Covid-19

     Full text            

 

 
Résumé:Réseaux sociaux comme dispositifs e-learning dans les établissements d’enseignement supérieur en contexte de la Covid-19 au Burkina Faso 

Bapindié Ouattara§,

Benjamin Sia,

Dimkêeg Sompassaté Parfait Kaboré

&

Félix Compaoré

Résumé : La crise sanitaire liée à la covid-19 a entraîné la suspension des activités pédagogiques dans les établissements d’enseignement supérieur. Au Burkina Faso, certains établissements supérieurs ont eu recours aux possibilités offertes par les TICs pour assurer la continuité des activités pédagogiques. L’étude a concerné les étudiants de l’enseignement supérieur ayant expérimenté ces outils de réseautage comme dispositif e-learning dans le contexte de la covid-19. Basée sur le modèle de l’UTAUT, elle vise à analyser les facteurs déterminant l’intention d’adoption des outils de réseautage comme dispositif e-learning. Les résultats indiquent que « l’influence sociale » et « l’attente d’usage » exercent une influence positive et significative sur l’intention d’acception et d’usage des réseaux sociaux comme dispositif de formation à distance. A contrario, les variables centrales de l’UTAUT, « l’attente de performance », « l’attente d’effort » et « les conditions facilitantes » n’ont aucune influence significative sur l’intention d’acceptation des réseaux sociaux.

Mots-clés : Réseaux sociaux virtuels, intention d’usage, influence sociale, e-learning, résilience, covid-19

Abstract: The health crisis related to covid-19 has led to the suspension of pedagogical activities in higher education institutions. In Burkina Faso, some higher education institutions have used the possibilities offered by ICT to ensure the continuity of pedagogical activities. The study focused on higher education students who have experimented these networking tools as an e-learning device in the context of covid-19. Based on the UTAUT model, it aims to analyze the factors determining the intention to adopt networking tools as an e-learning device. The results indicate that « social influence » and « expectation of use » have a positive and significant influence on the intention to accept and use social networks as a distance learning device. In contrast, the central variables of the UTAUT, « performance expectation », « effort expectation » and « facilitating conditions » have no significant influence on the acceptance intention of social networks.

Keywords: Virtual Social Networks, Intention to Use, Social Influence, E-Learning, Resilience, Covid-19

Introduction

L’enthousiasme pour les technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement a connu un regain d’intérêt avec la covid-19 pour assurer la continuité des activités pédagogiques dans les universités et établissements d’enseignement supérieur. D’après le tableau de bord 2018-2019 de l’enseignement supérieur (MESRSI, Rapport, février 2020), ce sont environ 113 Institutions d’Enseignement Supérieur parmi lesquels 13 établissements publics avec plus de 132 569 étudiants dont 21,0% du privé, qui sont concernés par les effets de la pandémie. Au moment de la fermeture des classes en mars 2020, de nombreuses voix au sein de la communauté éducative se sont levées pour exiger le passage à la formation à distance. Cette requête a mis les décideurs et les gestionnaires du système éducatif devant un dilemme concernant le choix des technologies informatiques. En effet, certains établissements ont eu recours aux réseaux sociaux virtuels (WhatsApp, Facebook, Instagram, Telegram, etc.) comme dispositif d’enseignement et d’apprentissage en ligne. L’atteinte des objectifs poursuivis à travers de tels dispositifs requiert la maîtrise de différents facteurs parmi lesquels ceux déterminant leur acceptation par les étudiants. Ainsi, comment les étudiants ont-ils accueilli ces outils de réseautage social ? Quels sont les facteurs potentiels qui ont motivé leur acceptation ? Autrement dit, quels sont les déterminants de l’acceptation par les étudiants, des réseaux sociaux comme dispositifs de formation à distance dans ce contexte de pandémie liée à la covid-19 ? En adaptant le modèle de UTAUT au contexte de la présente étude, alors, l’objectif consiste à identifier les facteurs susceptibles d’influencer l’intention d’usage des réseaux sociaux par les apprenants des établissements d’enseignement supérieur du Burkina Faso. Il s’agira de manière spécifique d’examiner le lien entre cette intention d’usage et l’attente de performance, les efforts requis, les conditions facilitatrices, l’influence sociale, les attentes d’usage.

1. Cadre théorique et conceptuel

1.1. Apports ou potentialités des réseaux sociaux

Certaines études sur les réseaux sociaux dans l’éducation s’appuient sur les services et les fonctionnalités (communiquer, collaborer, partager des contenus) de ces médias pour déduire les apports possibles dans le domaine de l’enseignement et de la formation. Il s’agit généralement d’études empiriques selon (Wenger 2). Cet auteur note que les réseaux sociaux sont des lieux importants pour l’apprentissage pour des personnes ayant un centre d’intérêt commun et qui acceptent de collaborer. D’autres recherches se sont intéressées aux usages de ces médias par les acteurs de l’éducation. Ces différentes recherches ont révélé deux catégories d’usages pour ce qui concerne les apprenants.

En premier lieu, les usages pour la distraction seraient prédominants en milieu étudiant. En effet, il ressort de plusieurs études que les apprenants utiliseraient les réseaux sociaux pour maintenir le contact, passer du temps entre amis, réagir ou apprécier les contributions des membres de leurs réseaux (Hart 37 ; Thivierge). Ces auteurs qui se sont penchés sur le cas de Facebook, l’un des réseaux les plus utilisés par les jeunes dans le monde, révèlent que l’usage des réseaux sociaux par les étudiants est axé sur les aspects de la sociabilité comme le maintien des liens sociaux, le partage des informations etc. L’étude de (Koutou), qui a eu pour public cible le milieu scolaire en contexte africain notamment en Côte d’Ivoire, a abouti au même résultat. Les apprenants utilisent préférentiellement les réseaux sociaux pour télécharger de la musique, partager des photos, lier des contacts etc. Ces usages et ces pratiques sont influencés par les représentations des jeunes qui considèrent ces médias comme des outils de lutte pour la transparence (Damome et al.29). Cette prédominance des usages non académiques affecte les capacités des apprenants à respecter les règles de production écrites en français (Dia et al.)

En deuxième lieu, les résultats des études réalisées par (Mian; Beauné ; Dakouré) mettent plutôt en évidence l’usage des réseaux sociaux à des fins éducatives. Ces études présentent des résultats intéressants et diversifiés concernant les usages éducatifs de Facebook. Elles montrent que, globalement, les étudiants réagissent positivement à l’idée de développer de tels usages ou a posteriori, après avoir expérimenté de tels usages. « Les élèves et étudiants ont des usages scolaires couplés à des usages de distraction : téléchargement de sons et images, chats, jeux en ligne, messagerie, visites de différents sites d’informations, etc. ». Dans cette même veine, (Chomienne et Lehmans 2) vont plus loin en s’intéressant à l’efficacité des réseaux sociaux numériques dans la construction d’une communauté de savoirs et dans l’appropriation de connaissances par les étudiants dans une démarche de construction collective par la recherche d’information, l’écriture et le partage. (Alava et Message-Chazel 55) ont mis l’accent sur les compétences numériques nécessitées par les « pratiques en communautique » et leur impact sur les stratégies d’apprentissage des apprenants FOAD. Il ressort de leur étude que les apprenants à travers l’usage des réseaux sociaux renforcent leur autonomie d’une part et d’autre part favorise leur adhésion aux pratiques d’apprentissage en équipe.

Au-delà des potentialités pour l’apprentissage et des conditions d’efficacité, il est également important de s’interroger sur les rapports de ces nouveaux médias avec les apprentissages des étudiants universitaires africains en contexte de la covid-19 et plus précisément au Burkina Faso. En effet, les croyances de (McLoughlin, Wang et Beasley) et les facteurs environnementaux tels que le profil culturel et l’adoption des outils numériques (Collin et Karsenti 206) peuvent affecter la réussite de l’implémentation d’un dispositif elearning.

1.2. Modèle théorique

L’intention d’usage d’une technologie définie comme une décision prise par l’individu d’interagir avec une technologie fonde son origine dans les théories de l’action raisonnée (Fishbein & Ajzen), du comportement planifié (Ajzen 316) et de la Théorie sociale cognitive de (Wood et Bandura 380). Parmi les modèles qui servent de base aux théories de l’acceptation des technologiques, il y a le TAM (Technology Acceptance Model) de (Davis 322) et UTAUT (Unified Theory of Acceptance and Use of Technology) proposé par (Venkatesh et al.). La TAM souligne que l’utilité perçue (attente de performance) et la facilité d’utilisation sont des variables déterminant l’acceptation de la technologie. L’UTAUT de (Venkatesh et al. 447), fait la synthèse des modèles précédents en retenant les variables les plus significatives : la performance attendue, l’effort attendu, l’influence sociale et les conditions facilitantes. (Karahanna et Straub 200) ont également montré que le modèle d’acceptation d’une technologie de (Davis 1986) peut être enrichi de facteurs supplémentaires comme la présence sociale et le support technique. Nous nous sommes basés sur les résultats de recherche de (Karahanna et Straub197, 199) qui révèlent les variables : attente de performance, attente d’effort, influence sociale, conditions facilitantes et attentes d’usage comme étant les facteurs influençant l’acceptation d’une technologie dans l’apprentissage à travers une échelle de mesure.

Notre modèle de recherche se présente comme suit :

Figure 1. Modèle de recherche

1.3. Hypothèses de recherche

En nous appuyant sur notre modèle de recherche, nous formulons l’hypothèse générale que l’utilisation des réseaux sociaux comme dispositif e-learning par les étudiants est fonction de l’intention d’usage (INU).

En termes d’hypothèses spécifiques, nous retenons :

  • Hypothèse 1 (H1) : l’attente de performance a un effet significatif sur l’intention d’usage des réseaux sociaux par les apprenants. L’attente de performance (ATP) correspond au degré auquel une personne pense que l’utilisation des réseaux sociaux peut l’aider à obtenir des gains de performance dans ses études (Venkatesh et al. 447).
  • Hypothèse 2 (H2) : l’attente d’effort d’utilisation des réseaux sociaux par les étudiants influence leur intention d’usage. L’attente d’effort (ATE) représente le degré de facilité qui est associé à l’utilisation des réseaux sociaux par les étudiants dans leurs activités d’apprentissage (Venkatesh et al. 450).
  • Hypothèse 3 (H3) : l’influence sociale a un effet significatif sur l’intention d’usage des réseaux sociaux par les apprenants pour leur apprentissage. L’influence sociale (INS) : c’est la perception d’un individu quant à l’emprise de certaines personnes importantes sur son intention d’accepter d’utiliser les réseaux sociaux pour ses activités d’apprentissage (Benali et al.). La décision de l’apprenant d’accepter cette technologie pour l’apprentissage peut être alors influencée soit par les condisciples, soit par les enseignants, ou encore les parrains, voire par l’administration scolaire.
  • Hypothèse 4 (H4) : les conditions facilitantes sont en lien avec l’intention d’usage. Les conditions facilitantes (CDF) représentent la disponibilité de ressources temporelles, techniques et financières nécessaires pour soutenir l’utilisation des réseaux sociaux. Dans le contexte de notre recherche, les étudiants seraient plus enclins à accepter les réseaux sociaux à des fins éducatives que si elles estiment l’environnement institutionnel, infrastructurel et         financier favorable.
  • Hypothèse 5 (H5) : les attentes d’usage des réseaux sociaux par les apprenants influencent leur intention d’usage. Les attentes d’usage (ATU) sont définies comme les avantages perçus de l’usage des réseaux sociaux pour l’apprentissage. Il s’agit de la perception que les réseaux sociaux permettent d’atteindre plus rapidement leurs objectifs d’apprentissage et d’améliorer leurs résultats scolaires.

2. Méthodologie

L’échantillonnage de commodité est la technique adoptée pour la collecte des données. C’est une méthode non probabiliste qui permet de se contenter des personnes volontaires pour répondre à l’enquête. Le pré-test auprès du public cible de l’étude a permis de savoir que les établissements publics d’enseignement supérieur dans le contexte de la covid-19 n’ont pas expérimenté l’usage des réseaux sociaux pour la continuité pédagogique. En effet, le Ministère chargé de l’Enseignement supérieur après avoir fait le point des enseignements dans chaque université a plutôt pris l’option d’une plateforme en ligne. Un portail d’accès a été créé avec un lien pour chacun des centres universitaires. Il a été demandé aux enseignants de déposer les modules programmés mais non encore dispensés en format PDF sur la plateforme dédiée à leur université pour permettre aux étudiants d’y accéder.

Alors, l’étude a concerné les étudiants des universités ou écoles supérieures privées ayant opté pour les réseaux sociaux comme dispositif e-learning dans le contexte de covid-19. En prélude au lancement du questionnaire, un mail envoyé aux fondateurs d’établissement a permis d’identifier les écoles ou institutions privées ayant véritablement expérimenté les réseaux sociaux pour la continuité des activités académiques et pédagogiques. Environ 125 étudiants provenant des instituts comme le Centre de Recherche Panafricain en Management pour le Développement (CERPAMAD), l’Institut Internationale de Management (IAM), Ecole Supérieure Polytechnique de la Jeunesse (SUP-JEUNESSE), l’Université Libre du Burkina (ULB) ont effectivement répondu au questionnaire.

Tableau 1. Caractéristiques des répondants

VariablesModalitésEffectifPourcentage
GenreFéminin4636,8
Masculine7963,2
Total125100%
Tranche d’âgemoins de 20 ans32,4
20-25 ans7761,6
26-30 ans2217,6
31-35 ans1411,2
35 ans et plus97,2
Total125100%
École ou universitéCERPAMAD2822,4
ESUP-JEUNESSE2923,2
IAM4334,4
ULB2520,0
Total125100%
Niveau d’étudeLicence 1ère année21,6
Licence 2ème année4032,0
Licence 3ème année4132,8
Master 11814,4
Master 22419,2
Total125100%
FilièreBTP2923,2
Droit-science politique2923,2
Economie-Gestion6753,6
Total125100%

Pour le recueil des données, un questionnaire constitué de 23 items de type échelle de Likert à 7 modalités (allant de « (1 = désaccord total, 2 = désaccord, 3 = léger désaccord, 4 = neutre (ni accord, ni désaccord), 5 = léger accord, 6 = accord, 7 = accord total) » a été élaboré à partir du modèle de l’UTAUT enrichi par (Karahanna et Straub198). Il comprend des rubriques allant de l’identification du répondant à son intention d’usage des réseaux sociaux en passant par son utilisation des réseaux sociaux, ses attentes de performance, ses attentes d’efforts, l’influence sociale et les conditions favorisant l’apprentissage durant cette période de la covid-19. Parallèlement au questionnaire en ligne, la version papier a été administrée auprès de certains étudiants des établissements ciblés.

Pour l’analyse des données, la première étape a consisté à analyser la fiabilité des items de notre questionnaire en utilisant le test de l’alpha de Cronbach. Dans la deuxième étape pour tester les relations hypothétiques de notre modèle de recherche, nous avons utilisé l’ANOVA. La troisième étape a été consacrée au test de régression linéaire afin de représenter la relation linéaire entre notre variable dépendante à savoir l’intention d’usage et les variables indépendantes comme les attentes de performance des réseaux sociaux utilisés, les attentes d’efforts, les conditions facilitant son usage, l’influence sociale et les attentes d’usage. Les différents tests ont été réalisés grâce au logiciel de traitement de données IBM SPSS 26.

3. Résultats et discussion  

Dans cette partie, nous vérifions la fiabilité de mesure et présentons nos résultats. C’est également le lieu pour nous de montrer les discordances et les concordances de notre travail avec d’autres études.

Vérification de la cohérence interne des items du questionnaire

Pour vérifier la cohérence interne des questions formulées à partir du modèle de UTAU, le test alpha de Cronbach a été utilisé. Le résultat présenté dans le tableau 2 montrent un indice de 0,834. Ce qui est supérieur au seuil minimum de 0,70.

Tableau 2. Fiabilité des échelles de mesure

Statistiques de fiabilité
Alpha de CronbachAlpha de Cronbach basé sur des éléments standardisésNombre d’éléments 
0,8340,8356 

Alors, l’échelle de mesure des facteurs d’acceptation utilisée pour l’étude est fiable et par conséquent elle constitue un prédicteur des variables de comportements que nous souhaitons vérifier dans notre étude.

Nous avons aussi vérifié l’utilisation des réseaux sociaux pour l’apprentissage avant la covid-19

Tableau 3. Utilisation des réseaux sociaux pour apprendre dans le cadre de la formation avant la crise sanitaire due à la covid-19

 EffectifPourcentage
Non4435,2
Oui8164,8
Total125100,0

Il ressort du tableau 3 qu’avant la crise sanitaire due à la covid-19, 64,8% des répondants utilisaient déjà les réseaux sociaux contre 35,2%. Les réseaux sociaux cités sont les suivants : WhatsApp, Facebook, Instagram, YouTube, Snapchat, Google Classroom.

Vérification de lien entre la variable dépendante et les variables indépendantes

Pour la vérification de ce lien, nous avons eu recours au test de regression

Tableau 4. Résultat de vérification du lien entre l’intention d’usage et l’attente de performance (ATP), l’attente d’effort (ATE), l’influence sociale (INS), les conditions facilitantes (CDF), les attentes d’usage (ATU)

L’ANOVA révèle une valeur de F de 71,82 et p < 0,005. Cela signifie qu’il y a probablement une relation statistiquement significative entre la variable dépendante INU (Intention d’usage) et les variables indépendantes ATP (attente de performance), ATE (attente d’effort), INS (influence sociale), CDF (conditions facilitantes), ATU (attentes d’usage).

Tableau 5. Récapitulatif des modèles

ModèleRR-deuxR-deux ajustéErreur standard de l’estimation
10,880a0,7740,7630,67269
a. Prédicteurs : (Constante), ATU, ATE, CDF, INS, ATP

Dans le tableau 5 ci-dessus, la valeur du coefficient de corrélation est de 0,88. Cette valeur révèle que les données sont très bien ajustées au modèle. En effet, si nous considérons la valeur R-deux (0,77), celui-ci indique la proportion de la variabilité de la variable dépendante (intention d’usage) expliquée par le modèle de régression. Nous pouvons donc dire que les facteurs comme l’attente de performance, l’attente d’effort, l’influence sociale, les conditions facilitantes, les attentes d’usage peuvent expliquer à près de 77 % la variation de l’intention d’usage.

Le tableau 6 ci-après nous indique les valeurs Beta et leur degré de signification.

Tableau 6. Coefficients

A la lecture de ce tableau, il ressort que les résultats du test de régression pour les variables influence sociale (INS) et attente d’usage (ATU), les valeurs p= sont respectivement de 0,027 < 0.05 et 0,000 également < 0.05. Les hypothèses H3 et H5 sont donc confirmées. Nos résultats révèlent que les variables « influence sociale » et “attentes d’usage” ont un effet significatif sur l’intention d’usage des réseaux sociaux pour l’apprentissage en ligne pendant la covid-19.

Par contre pour les variables attente de performance (ATP), attente d’effort (ATE), conditions facilitantes (CDF), dont les valeurs p respectivement 0,5540 ; 0,494 et 0,134 toutes supérieures à 0.05, le test n’est pas significatif. Cela indique que nos hypothèses H1, H2 et H4 ne sont pas confirmées. Alors, les variables « attente de performance », « attente d’effort » et « conditions de facilitation » n’exercent aucune influence significative sur l’intention d’usage des réseaux sociaux comme dispositif e-learning par les apprenants durant la période de la covid-19.

L’analyse des déterminants de l’acceptation des réseaux sociaux par les étudiants comme dispositif d’apprentissage en ligne indique l’existence d’une relation entre l’influence sociale et l’intention d’usage. Ce résultat correspond à ceux des études de (Benali et al.) et (Bere 88) mais contraste avec celui de (Kouakou 194) qui a démontré qu’aucune influence sociale n’a un impact sur l’utilisation des réseaux sociaux. Au regard de la jeunesse de la majorité des répondants (environ 64% qui ont moins de 25 ans), on peut déduire que leur entourage (camarades, parents, enseignants, etc.) a pu influencer leur intention d’usage des réseaux sociaux. Effectivement, comme l’ont indiqué (Benali et al.), en termes d’influence sociale, Il faut surtout souligner l’influence des enseignants et des proches à savoir les parents, les amis et les camarades de classe.

Nos résultats confirment également que les attentes d’usage des réseaux sociaux comme dispositif d’apprentissage influencent positivement l’intention d’usage des apprenants. Ce résultat converge avec le TAM et l’UTAUT qui considèrent l’attente d’usage comme une des variables significativement liées à l’intention d’usage d’une technologie. En effet, l’adéquation avec les tâches (Kouakou 66) et les effets positifs attendus de l’usage de whatsapp sur l’intention d’usage pour l’apprentissage ont été mis en évidence par (Adjanohoun et Agbanglanon 208). Cela signifie que l’intention d’usage des étudiants de notre échantillon de recourir aux réseaux sociaux comme dispositif d’apprentissage est déterminée par les avantages perçus. 

D’autre part, notre recherche révèle qu’il n’existe aucune influence significative des variables attente de performance, attente d’effort, conditions facilitantes sur l’intention d’usage des réseaux sociaux pour l’apprentissage. Cela contraste avec les études de (Ayadi et Kamoun 9) et (Ben Romdhane 52, 53) pour la variable attente de performance et l’UTAUT de (Venkatesh et al.) pour toutes ces variables citées. En ce qui concerne la variable conditions facilitantes, une des variables essentielles qui influence l’acceptation d’une technologie selon cette théorie de l’UTAUT, les répondants dont la plupart sont jeunes (61,60% entre 20 et 25 ans) appartiennent à la génération « digitale native » qui dispose d’une familiarité avec les réseaux sociaux virtuels. En effet, la majorité des répondants (64,8%) utilisaient déjà les réseaux sociaux avant la covid-19. La variable conditions facilitantes n’a donc pas eu d’effet sur leur intention d’utiliser ces technologies dans leur apprentissage.

Conclusion

L’objectif de la présente étude était d’identifier les déterminants de l’acceptation des réseaux sociaux comme dispositifs de formation à distance en vue de la continuité pédagogique dans ce contexte de pandémie liée à la covid-19. A partir du modèle UTAUT de (Venkatesh et al. 2003), cette recherche a été menée auprès de 125 étudiants des établissements d’enseignements supérieurs privés du Burkina Faso. Les résultats révèlent que les variables « influence sociale » et « attentes d’usage » sont des facteurs qui déterminent l’intention d’usage des réseaux sociaux pour l’apprentissage. En termes de contribution à la conception des dispositifs e-learning pour les établissements d’enseignement supérieur, notre recherche a mis en évidence deux facteurs déterminants à prendre en compte. Pour l’acceptation de l’apprentissage en ligne à travers les réseaux sociaux, ces établissements doivent s’appuyer sur l’influence de l’entourage des étudiants et des avantages perçus de l’utilisation de ces outils pour l’apprentissage. Cependant, l’étude comporte des limites relatives à sa validité externe. En effet, elle n’a pas pris en compte les étudiants inscrits dans les établissements d’enseignement supérieur publics et les caractéristiques sociodémographiques. Ces limites ouvrent de nouvelles perspectives de recherche. La première piste est l’extension du champ de l’étude aux institutions d’enseignement supérieur publiques et la prise en compte des variables sociodémographique. Une telle recherche permettra de cerner la variation des déterminants en fonction du statut de l’établissement et des caractéristiques sociodémographiques des étudiants. La deuxième piste est celle de la prise en compte de la cible enseignante qui joue un rôle déterminant dans la mise en œuvre des dispositifs e-learning.

Travaux cités           

Adjanohoun, Jonas, et Sylvain Agbanglanon. « Réseaux sociaux pour apprendre : un modèle structurel basé sur la théorie unifiée d’acceptation et d’utilisation des technologies. » PUN 2020 Pédagogie universitaire numérique : Quelles perspectives à l’ère des usages multiformes des réseaux sociaux pour apprendre ?2020.

Ajzen, Icek. « The theory of planned behavior. » Organizational behavior and human decision processes 50.2 (1991): 179-211

Alava, Séraphin, et Eléonore Message-Chazel. “ Les pratiques en communautique au cœur des apprentissages en ligne “. Questions Vives, vol. 7, no 14, 2010, p. 55‑70.

Ayadi, F., et F. Kamoun. « Les déterminants de l’utilisation du système e-learning par les étudiants. » Actes du 14e colloque de l’AIM. 2009.

Beauné, Aurélie. « Utilisation des réseaux sociaux pour l’apprentissage des langues étrangères: le cas de Facebook. » Adjectif 15.1 (2012).

Benali, Mourad, Toufik Azzimani, et Mehdi Kaddouri. « Apprentissage médié par téléphone mobile: quelles intentions d’adoption chez les jeunes Marocains. » Adjectif. net (2018).

Bere, Aaron. « Exploring determinants for mobile learning user acceptance and use: An application of UTAUT. » 2014 11th International Conference on Information Technology: New Generations. IEEE, 2014, pp. 84-90.

Brangier, E., et Hammes, S., (2006). Élaboration et validation d’un questionnaire de mesure de l’acceptation des technologies de l’information et de la communication basé sur le modèle de la symbiose humain-technologie-organisation. In Brangier, E., Kolski, C., Ruault, J-R. (Eds). L’humain comme acteur de performance des systèmes complexes. Actes du congrès Ergo’IA 2006. Estia Innovation éditeur, 71-78

Brangier, Eric, et Sonia Hammes. « Elaboration et validation d’un questionnaire de mesure de l’acceptation des technologies de l’information et de la communication basé sur le modèle de la symbiose humain-technologie-organisation ». Brangier, E., Kolski, C., Ruault, J-R. (Eds), 2006, p. 71‑78. ResearchGate,

Caneva, Christiane. « Facteurs d’adoption ou de rejet des technologies chez les professeurs-formateurs d’enseignants: le cas de l’université costaricienne. » Revue internationale des technologies en pédagogie universitaire/International Journal of Technologies in Higher Education 16.1 (2019): 15-35.

Chomienne, Elise, et Anne Lehmans. « Réseaux sociaux et apprentissages collaboratifs à l’université. » Colloque international de l’université à l’ère du numérique 2012. 2012.

Collin, Simon, et Thierry Karsenti. « Usages des technologies en éducation : analyse des enjeux socioculturels. » Éducation et francophonie 41.1 (2013) : 192-210.

Dakouré, Evariste. « Promotion de dispositifs multimédias au Burkina Faso: Pratiques, discours et stratégies d’acteurs. » Adjectif  (2012).

Damome, Étienne, Aminata Ouédraogo, et Élodie Alimata Tapsoba. « Vision et usages enchantés des réseaux sociaux numériques au Burkina Faso. » Communication. Information médias théories pratiques 37.1 (2020).

Davis, Fred D. « Perceived usefulness, perceived ease of use, and user acceptance of information technology. » MIS quarterly (1989): 319-340

Dia, Mamadou, Oumar Sk Dembele, et Fatoumata Bintou Sylla. « Impact des réseaux sociaux sur les écrits des étudiants au Mali. » 2020, p. 16.

Fishebein, M., et I. Ajzen. « Belief, Attitude, Intention, and Behavior: An Introduction to Theory and Research Readin. » (1975).

Hart, Michael J. A study on the motives of high school and undergraduate college students for using the social network site Facebook.Thèse de Doctorat, Liberty University, USA, 2010.

Karahanna, Elena, Detmar W. Straub, et Norman L. Chervany. « Information technology adoption across time: a cross-sectional comparison of pre-adoption and post-adoption beliefs. » MIS quarterly (1999): 183-213.

Kouakou, Kouassi Sylvestre. « Les déterminants de l’adoption de l’apprentissage mobile par les étudiantes de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar ». http://www.frantice.net, IFIC, Université de Limoges, avec le soutien de l’AUF, 1 janvier 2019.

Kouakou, Kouassi Sylvestre. « Les déterminants de l’adoption des réseaux sociaux numériques en situation professionnelle: étude empirique au sein des bibliothèques des universités ivoiriennes ». Frantice. net, 2014.

Koutou, N’Guessan Claude. « Usage des réseaux sociaux par les apprenants des établissements secondaires privés en Côte d’Ivoire. » Panaf Edu 2.2 (2010).

Lassoued, Tarek, et Mahrane Hofaidhllaoui. « Les déterminants de l’acceptation de l’e-learning: étude empirique au sein de La Poste. » Management Avenir 2 (2013): 139-156.

Mbengue, Moustapha, Djibril Diakhate, et Mohamed Diop. « Formation Ouverte et à Distance (FOAD) et stratégie numérique de continuité pédagogique en contexte COVID-19: Retour d’expériences. » Annales de l’Université de Craiova. Filosofie (2020), p. 16.

McLoughlin, James A., Lih-Ching Chen Wang, et William A. Beasley. « Transforming the college through technology: A change of culture. » Innovative Higher Education 33.2 (2008): 99-109.

Mian, Bi Sehi Antoine. « Usages de Facebook pour l’apprentissage par des étudiants de l’Institut Universitaire d’Abidjan (IUA). » Adjectif, (2012).

Ouédraogo, Boukary. « Les déterminants de l’intégration pédagogique des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) par les enseignants à l’Université de Ouagadougou (Burkina Faso). » (Thèse de doctorat, Éd.), Université de Montréal, (2011).

Thivierge, Josée. Jeunes, TIC et nouveaux médias: une étude exploratoire au Cégep de Jonquière. Cégep de Jonquière, 2011.

Tomé, Mario. « Réseaux et médias sociaux sur internet pour l’apprentissage de la prononciation d’une langue étrangère. » International Journal of E-Learning & Distance Education 25.2 (2011): 1.

Venkatesh, Viswanath, et al. « User acceptance of information technology: Toward a unified view. » MIS quarterly (2003): 425-478.

Wenger, Etienne. « Communities of practice: Learning as a social system. » Systems thinker 9.5 (1998): 2-3.

Wood, Robert, et Albert Bandura. « Social cognitive theory of organizational management. » Academy of management Review 14.3 (1989): 361-384.

Comment citer cet article :

MLA : Ouattara, Bapindié, Sia Benjamin, Kaboré Dimkêeg Sompassaté Parfait, Félix Compaoré. « Réseaux sociaux comme dispositifs e-learning dans les établissements d’enseignement supérieur en contexte de Covid-19 au Burkina Faso ». Uirtus 2.1. (avril 2022): 70-85.


§ Université Thomas Sankara- Burkina Faso/ [email protected]